Tsahal en Haïti, lettre ouverte aux médias Français surtout ne pas publier.

Nous avons assisté dernièrement au désarroi des médias français qui nous contaient les mésaventures des sauveteurs français ne pouvant atterrir à Port au Prince.
Tsahal Haiti
Mais au fait que voulait bien faire la France dans cette contrée?

Un peu d’histoire:

Christophe Colomb découvre Hispaniola en 1492. Les espagnols occupent l’île, éradiquent la population indigène, et importe les esclaves en grande partie du Dahomey.

Les français occupent Haïti dès 1630. Pour s’en retirer le 1er janvier 1804. C’est pour cette raison que les habitants sont francophones.

A l’indépendance de Haïti, le français font sécession dans la partie est qui devint Santo-Domingo où ils capitulèrent en 1809. Cette partie de l’île devint en 1821 l’actuelle république Dominicaine et redevient hispanique.

En 1915 les américains, qui se sont très fortement implantés auparavant, occupent Haïti jusqu’en 1934 avec une main mise sur l’administration douanière jusqu’en 1946.

Suit une période mouvementée jusqu’en 1957 où François Duvallier (Papa Doc).

Il s’appuie sur une milice (les tontons macoutes) à qui tout était permis (viols, vols, tortures).

En 1971 juste avant de mourir il organise un plébiscite pour désigner son fils Jean-Claude âgé de seulement 19 ans. Il sera chassé du pouvoir en 1986.

Plusieurs coups d’état se succèdent jusqu’en 2006 où les militaires français, et les marines américains ramènent l’ordre et de nouvelles élections.

Lors du récent tremblement de terre, les américains prirent le contrôle de l’aéroport. Ils gèrent ainsi l’arrivée des avions, privilégiant ceux qui peuvent apporter en priorité une aide à la population déshéritée, plutôt que ceux qui se soucient avant tout d’évacuer leur ressortissants.
Si cet article vous a plu, vous pouvez vous inscrire à notre NewsLetter en cliquant ici

L’armée israélienne, présente dès les premières heures, comme elle l’a toujours été lors de toutes les catastrophes naturelles qui ont précédé, a agît avec un savoir faire sans pareil qui a fait l’écho des presses américaines et européennes.

A l’exception des médias français, à qui nous recommandons le plus grand silence, de peur de blesser une bonne partie de la population par de telles allégations.

Au fait combien de pétrodollars ont-ils été récoltés pour cette cause?

Le post qui suit nous joignant un lien confirme tout ce qui précède.

Excellente lecture.

Eli d’Ashdod

BONJOUR  lire l ‘ article et voir la vidéo on a de quoi être fier de ce magnifique pays bizarre l ‘absence de la presse française de merde bonne journée f g

Vidéo de l’ hôpital de campagne mis en place sur un terrain de football à Port-au-Prince, Haïti. Footage comprend des images du bébé prématuré né à l’hôpital aujourd’hui, et les commentaires par le commandant de l’hôpital, le colonel M. Itzik Kryce. Pour les personnes qui tentent de localiser l’hôpital de campagne de la FID en Haïti, voici une carte Google avec l’emplacement (…)

 Voir la vidéo directement sur idfspokesperson.com

 dévoilement au monde – ou du moins à une partie du monde – du vrai visage d’Israël et de son armée, fortement écorchés par la propagande. Pour le moment, les équipes médicales israéliennes ont réussi à sauver 180 personnes d’une mort certaine, sans parler de toutes les autres activités annexes dans le domaine de l’approvisionnement et des soins en général. Yossi Lévy décrit les reportages qui passent dans les médias américains et en Europe concernant l’activité des secouristes israéliens et se dit « très fier de ce qu’Israël accomplit ».

«A part les grandes chaînes américaines, le plus grand compliment reçu jusqu’à aujourd’hui », explique le porte-parole, « est venu de la Radio officielle d’Haïti, qui a proclamé qu’Israël était pratiquement le seul pays qui était intervenu pour aider prioritairement la population d’Haïti, alors que beaucoup d’autres pays sont venus aider d’abord leurs propres ressortissants sur l’île avant de porter secours aux indigènes ».

FRANCIS GÃœNTHER

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eli d’Ashdod pour https://eli-d-ashdod.com/