La science en Israël N° 4

3 août 2016 1 Par Nico SPRECHER

Logo

B’NAI B’RITH
District 14 ¤ ISRAEL
LOGE FRANCOPHONE 3161 ROBERT GAMZON
JERUSALEM
e-mail : [email protected]

LA SCIENCE EN ISRAËL N°4

«  Travail réalisé par Nico Sprecher de l’un des ateliers de la Commission Hasbara (Information) B’NAI B’RITH DE JERUSALEM »

ISRAËL , UNE SUPERPUISSANCE EN NANOTECHNOLOGIE ?

Au cours des neuf dernières années, les chercheurs israéliens en nanotechnologie ont déposé 1.590 brevets (769 accordés à ce jour), publié 12.392 articles scientifiques sur le sujet, et ont eu 129 nano-réussites.  Celles-ci comprennent l’établissement de startups, la vente de leurs  idées ou de leurs technologies dans de nombreux domaines : l’industrie pharmaceutique, l’épuration des eaux, l’énergie et la sécurité.

Il y a actuellement, dans de nombreux domaines, plus de 1.600 programmes de recherches d’applications en cours entre les universités israéliennes et les entreprises locales ou internationales en nanotechnologie. Israël peut, à présent, être appelée une superpuissance de la nanotechnologie, selon Dan Vilenski.  Cet entrepreneur israélien croit que le prochain «milliard de $ » se trouve dans ce  domaine. « Dans dix ans, le monde va apparaître complètement différent, grâce à la nanotechnologie, et Israël y participera de façon importante », a déclaré Vilenski, qui dirige the Israel  National Nanotechnology Initiative (INNI), et participe, cette année, à l’organisation de cet événement NanoIsrael 2016.

«La nanotechnologie a déjà bouleversé un certain nombre d’industries. Il est des produits qui se ressemblent, mais on ne réalise pas ce qui se passe à l’intérieur ».

Rafi Koriat, qui a présidé le NanoIsrael 2016 déclare, en accord avec Vilenski, « Nous allons commencer à voir bientôt le côté  révolutionnaire de la nanotechnologie. »

Un bon exemple: la société israélienne 3GSolar, utilise la nanotechnologie pour le développement des cellules solaires photovoltaïques intégrées.

Ainsi les appareils grand public pourront se recharger avec un éclairage ordinaire – y compris l’éclairage électrique à l’intérieur – éliminant ainsi la nécessité de chargeurs de batteries.

EDF Energies Nouvelles met en service la centrale solaire de Zmorot (50 MWc) en Israël

panneaux solaires

EDF Energies Nouvelles annonce la mise en service de la centrale solaire photovoltaïque de Zmorot de 50 MWc de capacité installée, par sa filiale locale EDF en Israël.

Le Premier Ministre de la République française, dans le cadre de son déplacement en Israël, accompagné du Ministre israélien de l’Environnement et celui des Infrastructures, de l’énergie et de l’Eau ont inauguré avec Antoine Cahuzac, Directeur Général d’EDF Energies Nouvelles,  cette centrale qui figure parmi les plus puissantes du pays.

Installée dans le désert du Néguev, la centrale photovoltaïque de Zmorot bénéficie d’un ensoleillement optimal pour la production d’énergie d’origine solaire.

L’installation de Zmorot s’étend sur plus de 60 hectares et se compose de 207.000 panneaux photovoltaïques Photowatt.

D’une puissance installée de 50 MWc, Zmorot produit de l’électricité pour subvenir aux besoins annuels d’environ 30 000 personnes pendant 20 ans.

Energies nouvelles EDF centrale photovoltaïque de Zmorot 50 MW

Energies nouvelles EDF centrale photovoltaïque de Zmorot 50 MWc

Cette centrale solaire s’inscrit dans les objectifs de l’Etat israélien de faire passer à 17% la part des énergies renouvelables dans son mix énergétique d’ici 2030.

Avec la mise en service de cette nouvelle installation solaire photovoltaïque, EDF en Israël exploite désormais 11 centrales solaires. Leader des énergies renouvelables en Israël, le groupe EDF Energies Nouvelles y totalise à ce jour 160 MWc de capacité solaire installée :

*Zmorot – 50.1 MWc, Ketura – 40 MWc, Gvoulot – 8.5 MWc, Nachal Oz – 6 MWc, Kerem Shalom – 6.4 MWc, Lahav – 3.2 MWc, Brour Hayil – 8.8 MWc, Mishmar HaNeguev – 7.8 MWc, Mitzpe Ramon – 7 MWc, Samar – 10.8 MWc, Talmei Eliyahou – 10 MWc.

Si cet article vous a plu, vous pouvez vous inscrire à notre NewsLetter en cliquant ici

Mobileye: Une Voiture Electrique sans Conducteur

en phase de test en Israël

 unnamed

Volkswagen est entrée dans un partenariat stratégique avec Mobileye, un leader technologique dans le domaine du traitement d’image automatisé. Les sociétés ont signé une lettre d’intention à cet effet. Le point central de la joint-venture est la technologie à base de caméra de traitement d’image qui – en conjonction avec des cartes numérisées de haute précision – est la clé de la conduite autonome.

L’objectif de la joint-venture, exclusivement pour l’Europe, sera de gérer efficacement la transformation de l’industrie automobile au numérique et de développer des technologies de surveillance intelligentes.

Mobileye est une société de high-tech israélienne qui a développé des systèmes d’évitement de collision. Elle a reçu récemment  l’approbation du ministère des Transports pour importer un véhicule qui servira de test à un système de navigation sans conducteur. Le dispositif, qui n’est pas conçu pour remplacer totalement le conducteur, ne concernerait qu’une partie des temps de déplacement sur la route.

 La voiture, une Tesla électrique de luxe, devrait arriver en Israël le mois prochain.

En utilisant des algorithmes de vision sophistiqués, la technologie Mobileye d’évitement de collision est en mesure d’ «interpréter» une scène en temps réel et fournir aux conducteurs une évaluation immédiate sur la base de son analyse. Les constructeurs automobiles vont adopter cette technologie dans  l’expansion rapide de leurs dispositifs de sécurité, connus comme système d’assistance à la conduite.

La société Tesla Motors est partenaire de Mobileye dans ce projet. Elon Musk, son fondateur basé en Californie, estime que la société commercialisera ses véhicules sans conducteur en 2016. Selon Amnon Shasha, co-fondateur Mobileye: “Nous ne sommes pas dans un système de pilotage automatique dans lequel l’utilisateur tape une adresse et s’endort. Le dispositif permet un transfert de la maîtrise du véhicule pour une durée limitée”.

Tesla, à la différence des fabricants traditionnels du secteur automobile, n’est pas concentré sur une offre pour le grand public mais vise le marché de voitures électriques haut de gamme avec une batterie relativement coûteuse. Le modèle phare de la société, la S, a une autonomie de 426 km, ce qui est considérable pour une voiture électrique.

Commission Hasbara  1er août 2016

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eli d’Ashdod pour http://eli-d-ashdod.com/