Israël attise les passions les plus folles

Article déjà publié sur http://http://malaassot.over-blog.com/ le 7 Juin 2008

La cochlée* juive : l’ascension spirale de l’Etat d’Israël et du Peuple juif.

 Israël a-t-il peur parce qu’il n’ose plus ou ne veut plus prendre la mesure de sa véritable dimension en tant que nation juive ?

Bien que cela ne soit pas du goût de tous, il faut commencer par dire que toutes les considérations politico-philosophiques théorisant le dépassement des nationalismes et des patriotismes de papa frisent l’arrogante ingérence dés lors qu’elles s’adressent aux rescapés de l’entreprise criminelle la plus meurtrière de tous les temps. Ayant enduré vingt siècles de persécution en terre d’exil, le peuple récidiviste dont le délit est d’exister n’est certainement pas en position d’en redemander.

Voila que, prétextant d’une vision prétendument généreuse, les donneurs de leçons les plus agités se sont mis en tête de nous brandir l’étendard de l’universalisme à deux vitesses, si dépités qu’ils sont de voir le destin juif et la terre biblique échapper à leur tutelle. Vieille de soixante longues années, cette épine qui les fait boitiller serait-elle en train de leur monter au cerveau ? Il n’y a qu’à se reporter aux fébriles préparatifs qui préludent à Durban II pour entrevoir le keffieh qui repose sur leurs états d’âme.

Allez, redescendons sur terre quand bien même serions-nous confrontés à l’irrationnelle et obsédante question juive. Résignons-nous, toute tentative de positionnement par rapport à cette dernière est vouée à l’échec. C’est tout simplement que rien d’aussi absurde n’est advenu dans l’aventure humaine qui puisse donner quitus à un quelconque éclairage, d’où qu’il vienne, aussi savant soit-il. Même le grand Sartre y a laissé quelques plumes ! L’entendement des plus fins analystes n’en finit pas d’être soumis à rude épreuve, d’où : l’antisionisme, cache-misère de l’antisémitisme. 

Miracle de D… ou enfant unique d’un désespoir sans nom, où les deux, Israël attise les passions les plus folles dont la convoitise et la haine ne sont pas absents. Condamné à ne jamais baisser sa garde, à s’inventer toutes sortes de parades pour contrer les manœuvres meurtrières de ses irréductibles ennemis, le Juif des nations se trouve immanquablement dans la posture du Juif diasporique qui se voit contraint d’intégrer la vision d’un monde que la raison et la justice sont en train de déserter.

C’est ce que le paternalisme pédant du monde moderne veut ignorer avec une compréhensible obstination, si peu enclin qu’il est à profiler les contours du monstre qu’il a engendré.

C’est ce que le paternalisme à la mode dans les cercles « roses » de l’intelligentsia israélienne veut ignorer sans se douter qu’il est dominé par les pulsions d’un mimétisme suicidaire, si honoré qu’il est d’être chaudement sollicité pour se faire l’avocat du diable. Dans leur quête de reconnaissance sur le terrain de l’excellence aux yeux des nations, les champions du post-sionisme à l’israélienne adopté toute cause prétendant rendre à César ce que César revendique, préalable utile à la réalisation de leur première grande revendication citoyenne, qui vise à rendre aux Juifs ce qui est au Judaïsme et, à l’antisémitisme, le Juif qui se revendique sans honte. Ne pas confondre Juif et Israélien, tel est leur message.

C’est ce que le paternalisme de l’internationale socialiste (mouvement ayant largement contribué à rendre l’antisémitisme planétaire aussi politiquement fréquentable que la défense des opprimés) exploite en enfermant sa branche israélienne dans des concepts réducteurs qui renvoient dos à dos le Judaïsme et les religions qui ont en dérivé.

S’il est vrai qu’aucune religion n’échappe complètement au manichéisme imbécile des jusqu’au-boutistes, il n’en demeure pas moins que l’intelligence doit tellement au Judaïsme que les efforts déployés pour le démembrer ne peuvent que se retourner contre leurs auteurs. Que ce dernier soit un don de D… ou un message révolutionnaire venu d’ailleurs, son contenu, réservoir de tous les questionnements, est le berceau de la pensée philosophique qui a cimenté les fondements de la civilisation judéo-chrétienne. D… merci ? Tout en lui se définit comme s’il était la suite logique d’un mauvais pressentiment qui se serait emparé du tout puissant, que l’insupportable idée d’être inventé aurait rendu précautionneux. Après tout, qu’importe l’identité de celui qui enseigne si la leçon est bonne à prendre ! Le respect et l’amour du prochain conjugués au mode judaïque n’ont-ils pas mis un bémol à la frénésie assassine ? Mais, pragmatisme oblige, c’est un point de comparaison que les analystes les plus audacieux laissent prudemment au vestiaire.

C’est ce que le Juif caméléon de France comme d’Europe s’ingénue à relativiser en surfant, tantôt sur le flux de son atavisme diasporique, tantôt sur le reflux de ses convictions. S’ajuster au consensus recruteur qui prône la paix en échange de concessions dites douloureuses n’est-il pas plus propice au « wait and see » ?

Quel Juif responsable n’a pas réfléchi à la menace que pourrait représenter pour lui l’impressionnant essor de l’Islam en France comme en Europe si, d’aventure, le conflit Israélo-arabe devait s’aggraver au-delà de ce qui est acceptable dans l’imaginaire des masses musulmanes ? De la même façon, quel Juif responsable n’a pas conclu à la fausse neutralité de la France comme de l’Europe dans ce conflit ? Mais alors, si les dés sont pipés d’avance et si les pourparlers de paix en cours procèdent du marché de dupes qui vise à inclure Israël dans la « Palestine » à venir, pourquoi le simple fait d’envisager indistinctement tous les scénarios possibles fait-il de vous un juif irresponsable, un dangereux extrémiste de droite ou un ignare au top de sa forme ? La réponse’ est la suivante : en réalité, il y a des Juifs qui sont plus Juifs que d’autres, comme il y a des Juifs plus responsables que d’autres. comme il y a des médias juifs plus démocratiques que d’autres, comme il y a des Juifs et  des pays qu’il vaut mieux ne pas avoir pour amis…

  En effet, à trop vouloir s’attirer les bonnes grâces des pays qui se disent amis, Israël n’a plus d’autre alternative que de fuir en avant. Il s’ensuit que bafouer sa souveraineté devient un sport international, ce qui n’empêche pas certains « chroniqueurs sportifs » couleur bleu-blanc d’applaudir chaque fois que la balle est tirée contre leur camp. D’ailleurs ceci expliquant cela, le voile est enfin levé sur le transfert d’armes en direction de « l’autorité palestinienne occupée ». Israël a de bonnes raisons d’avoir peur mais son grand tort est de préférer entre deux cordes à pendre, celle de ceux qui prétendent lui témoigner l’attachement le plus soigneusement tressé.

Le récent et émouvant discours de Bush au parlement israélien n’en était pas moins un vigoureux rappel de la politique qu’il entend imposer à son filleul israélien. C’est-à-dire, la création d’un second état palestinien avant la fin 2008. Scénario de fin de mandat ? Irresponsabilité chronique ? Comment prendre au sérieux un tel vœu quand on se donne la peine de revisiter l’Histoire depuis Oslo pour ne rien aggraver ?

Si rien ne nous autorise à mettre en doute la sympathie du citoyen Nicolas Sarkozy à l’égard d’Israël, l’erreur à ne pas commettre est de croire que le quai d’Orsay à été émotionnellement transporté à Jérusalem. Si l’atlantisme du Président français passe comme une lettre à la poste, c’est que le chiraquisme de Bush tombe à point nommé. C’est le même dictat tout droit venu des trusts pétroliers qui mène la danse à l’occidentale. Israël doit plier, ce que l’Orient veut, D… le veut. Bernard Kouchner ne le dit-il pas à sa façon ?

Si cet article vous a plu, vous pouvez vous inscrire à notre NewsLetter en cliquant ici

Les peuples qui partagent les mêmes valeurs savent qu’ils ont l’essentiel en commun et que, sauf les frontières, l’ostracisme religieux et la nature des régimes qui les gouvernent, rien ne s’oppose à ce qu’ils vibrent à l’unisson. En revanche, les pactes d’amitié entre les pays ne sont fondés que sur une convergence d’intérêts économiques et/ou stratégiques. Les superlatifs ne sont que des épanchements palliatifs pour les besoins du décor. Censés le savoir en raison de leur posture de peuple honni entre tous les autres, Israël et la diaspora juive fuient la réalité lorsqu’ils ne prennent pas en compte ce triste privilège.

Si la différence entre se sentir différent et se défendre de l’être est de taille, le résultat est le même. En effet, si l’un se veut différent, force est de conclure que celui-là diffère de l’autre qui s’en défend. Cette évidence est un véritable casse-tête pour l’Israélien qui ne vit pas au quotidien la condition juive en diaspora. Se voulant citoyen d’un monde majoritairement hostile à son pays, il croit pouvoir bousculer les préjugés en ouvrant les vannes d’un universalisme bonifié. Le hic : l’universalisme d’en face affiche complet depuis deux mille ans. Quand bien même sa générosité friserait le syndrome, son nom ne figurera sur la liste officielle des invités que si ternir l’image d’Israël est à l’ordre du jour.

Aujourd’hui Israël se fait canarder impunément à la satisfaction quasi générale. Plus il en prend sur la tronche plus on le presse de capituler. A cette allure, les concessions douloureuses finiront par paraître dérisoires au regard de ce qui se prépare pour le terrasser.

Olmert et son gouvernement sont-ils en train de brader Israël en tant que nation juive sous la supervision de leurs tuteurs américains et européens ? Si par malheur ce pays devait cesser d’être la pierre angulaire du peuple juif, la disparition de ce dernier ne serait plus qu’une question de temps.

Bien entendu, ceux qui y travaillent le savent et déploient des trésors d’ingéniosité pour y parvenir. Jouant sur ce que la démocratie a de plus vulnérable, la loi du nombre, ils entendent la submerger par l’orgasme.  Croyant avoir définitivement ridiculisé Tsahal, ils s’apprêtent à donner le coup de grâce.

Fort de l’apparente lassitude qui s’est emparée des soldats-citoyens épuisés d’aller au front pour un oui et… trois non, fort de la pression internationale exercée sur un gouvernement affaibli par ses trop nombreuses implications dans des affaires de corruption, fort de la dépendance énergétique qui paralyse l’Occident, le chef d’orchestre, l’antisémitisme, est perfidement mais résolument à pied d’œuvre, d’autant qu’il bénéficie du renfort des diplomaties qui s’invitent à Tel-Aviv pour plaider le partage de Jérusalem.

Devons-nous nous laisser endormir par les censeurs Juifs et non-juifs pour ne pas avoir à payer un loyer dans les sphères où réside l’intelligence ? N’est-il pas temps de sortir les Juifs responsables de leur torpeur ? Faut-il que chaque Juif foule la terre de ses ancêtres, un fusil à la main, pour gagner ses galons de sentinelle juive ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © William Doukhan pour https://eli-d-ashdod.com/

*Cochlée. Partie de l’oreille interne spécialisée dans l’audition. Située à l’intérieur du crâne, elle est constituée d’une cavité osseuse enroulée en spirale

La Torah, les Juifs et leurs voisins

La raison de toutes nos guerres, c’est le comportement à avoir avec nos voisins inscrit dans la Torah qui n’a pas été respecté.

RESUME DU COURS : « Le roi de Amon (Jordanie d’aujourd’hui) est mort et son fils Hanoun règne à sa place. David se dit : je vais faire du Hessed à Hanoun fils de Nahash, car son père m’a fait du bien. David envoya ses plus grands serviteurs pour consoler le fils endeuillé. »

Lorsque, par crainte de Shaül, David avait fait passer sa famille de l’autre côté du Jourdain, le roi de Moab avait fait massacrer tous les siens. Seul, un frère de David avait pu s’échapper et s’était réfugié chez le roi Nahash, qui l’avait protégé. David se sent redevable.

Mais, quand ils virent cette marque de reconnaissance de David, les princes de Amon dirent à Hanoun que David devait être en train de préparer une attaque contre eux. Hanoun les crut et rasa la moitié de la barbe des envoyés de David, et déchira la moitié de leurs habits, en signe de mépris.

Dans la Torah il est écrit, au sujet de Amon et Moab, « tu ne feras pas la paix avec eux. » C’est pourquoi, quand Nahash avait vu David commencer à devenir puissant, il avait protégé son frère pour assurer sa propre sécurité. D’autant plus que, à peine sur le trône, David attaqua certains peuples voisins.

« Les Bnei Amon demandèrent les services de Syriens pour attaquer David. Celui-ci appela Yoav et les hommes les plus forts de son armée. Mais l’armée d’Israël fut prise en étau et, de tous les côtés, les armées ennemies fondirent sur elle. Il semblait sûr qu’Israël ne pouvait s’en sortir. »

La Torah dit de ne pas tendre la main à Amon et Moab. David voulut le faire quand même, et on en voit les conséquences désastreuses pour Israël. « Yoav engagea les hostilités et les Syriens s’enfuirent. Bien qu’il ait été dans une situation impossible, Yoav parvint à avoir l’avantage. Quand ils virent que les Syriens s’étaient enfuis, les Bnei Amon s’en allèrent ».

Mais, au lieu de poursuivre l’ennemi et de l’éliminer, « Yoav revint à Jérusalem. » On voit ici clairement notre problème, en tant que Juifs, au-delà de toute appartenance politique : notre problème n’est pas de faire le mal, mais de savoir gérer nos qualités.

Nous ne savons pas être durs quand il le faudrait, et c’est pourquoi le problème est toujours récurrent avec chacun de nos ennemis. « L’armée de Yoav revint à Jérusalem. Les Syriens rassemblèrent à nouveau leurs forces. » Car un oriental comprend notre bonté comme de la faiblesse, et il revient contre nous !

« Le roi syrien alla chercher un autre roi et, ensemble, ils attaquèrent à nouveau Israël. David comprit ce qui se passait, assembla tout Israël, passa le Jourdain, attaqua et eut la victoire. Tous les rois virent ce qu’Israël savait faire et firent la paix avec lui. »

Nous voyons clairement que nous ne pouvons avoir la paix avec nos voisins que lorsque nous avons la victoire ! « Et ils servirent Israël. Et Aram cessa définitivement de se mettre du côté des Bnei Amon pour attaquer Israël. »

Tant que nous leur tendrons la main, il n’y aura jamais la paix avec eux, car ils ne comprennent et ne respectent que la force.

Cliquez ici pour la vidéo du cours à voir absolument jusqu’à la fin

Cours du Rav Dynovisz

Si cet article vous a plu, vous pouvez vous inscrire à notre NewsLetter en cliquant ici

3.000 ans plus tard, les mêmes erreurs apportent les mêmes effets, des illuminés ont pensé qu’en reconnaissant un amalgame de personnes venus d’horizons les plus divers comme un peuple, nous aurions la paix, ceci en ne tenant absolument pas compte du triple non de Khartoum, 23 ans plus tard, au prix de trois guerre avec Gaza, d’une seconde guerre au Liban, et de trois intifadas, même la gauche initiatrice des funestes accords d’Oslo, se rend compte que nous sommes dans un impasse, même nos voisins arabes en sont conscients.

Les seuls qui s’entêtent dans cette vision irréaliste, sont l’Union Européenne et les Etats-Unis, qui les uns et les autres nous ont démontré comment régler des situations conflictuelles, tant en Libye, ou en Irak, qu’en Syrie. Ils souhaitent que nous nous inspirions de leur grand savoir faire pour régler l’affaire qui nous préoccupe avec les Arabes qui sont venus coloniser nos terres.  

Logo de l'A.P. avec l'illustration de leur vision de l'Etat qu'ils revendiquent
Logo de l’A.P. avec l’illustration de leur vision de l’Etat qu’ils revendiquent

Les accords ne peuvent aboutir car les Arabes ne veulent pas la paix, leur objectif avoué est de noyer Israël sous un flot de millions d’Arabes opportunément dotés par l’U.N.W.R.A du statut de réfugiés intergénérationnels, (les réfugiés ainsi dénommés sont les descendants à la 4ème génération de ceux de 1948,) statut qui n’existe nulle part ailleurs au Monde, car a le statut de réfugié celui qui part d’une terre, et en est déraciné, jamais ses descendants.

Voici comment l'AP falsifie l'histoire en remplaçant Israël par un Etat né de son imagination.
Voici comment l’AP falsifie l’histoire en remplaçant Israël par un Etat né de son imagination.

 

Les seuls qui s’entêtent dans cette vision irréaliste, sont l’Union Européenne et les Etats-Unis, qui les uns et les autres nous ont démontré comment régler des situations conflictuelles, tant en Libye, ou en Irak, qu’en Syrie. Ils souhaitent que nous nous inspirions de leur grand savoir faire pour régler l’affaire qui nous préoccupe avec les Arabes qui sont venus coloniser nos terres.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eli d’Ashdod pour https://eli-d-ashdod.com/

L’Europe rongée par l’anti-judaïsme

L’étude date d’il y a 5 ans, je serai curieux de connaître les chiffres aujourd’hui.

Par Marie-Rose Granget – Mercredi 16 mars 2011 à 16:33

Selon une étude réalisée par un think-tank affilié au parti Social-démocrate allemand, 47% des Allemands considèrent qu’Israël extermine les Palestiniens. Selon les résultats du sondage,  »l’antisémitisme en Allemagne se cache derrière la critique d’Israël ».

Un think-tank affilié au parti Social-démocrate allemand a publié un nouveau rapport révélant un regain du sentiment antisémite en Allemagne, en Pologne et en Hongrie, ainsi que les différentes manifestations que prennent le racisme, l’homophobie et les préjugés au sein de huit pays européens.

Le Docteur Beate Küpper, chercheur à l’université de Bielefeld et co-auteure de l’étude de la Fondation Friedrich Ebert avec ses collègues Andreas Zick et Andreas Hoevermann, a déclaré que l’étude révélait la forte présence d’un  »antisémitisme lié à Israël et caché derrière la critique d’Israël ».

Elle a notamment qualifié ce regain d’antisémitisme en Allemagne  »d’étonnant », puisque le pays avait organisé de grandes commémorations de l’Holocauste et des événements dans les établissements scolaires pour éduquer les jeunes allemands sur l’horreur de la Shoah.

Si cet article vous a plu, vous pouvez vous inscrire à notre NewsLetter en cliquant ici

L’étude, intitulée  »Intolérance, préjugé et discrimination : un rapport européen », a été réalisée auprès de quelque mille personnes dans chaque pays de l’Union européenne choisi.

L’enquête s’est limitée à la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Italie, le Portugal, la Hongrie, la Pologne et la France du fait des restrictions financières et de la capacité qu’ont chacun des pays d’étudier le suivi des attitudes antidémocratiques.

47.7% des personnes interrogées en Allemagne ont ainsi estimé que la phrase  »Israël conduit une guerre d’extermination contre les Palestiniens » était juste. Ce chiffre représente le résultat le plus haut enregistré parmi les pays d’Europe de l’Ouest.

L’affirmation relève d’une question typique utilisée pour sonder les attitudes concernant l’assimilation de la politique d’Israël à la campagne nazie d’extermination de la communauté juive.

Le Département d’Etat américain, ainsi que l’Union européenne,  a définit la comparaison comme une expression moderne de l’antisémitisme.

Compte tenu du soutien tiède dont fait preuve la Pologne à l’égard d’Israël dans le cadre de sa politique étrangère, l’étude, qui a démontré que 63.3% des Polonais, interrogés pour savoir s’ils pensaient qu’Israël cherchait à anéantir les Palestiniens, apparait ainsi tout à fait alarmante.

L’affirmation  »Considérant la politique d’Israël, je peux comprendre pourquoi les gens n’aiment pas les Juifs » a recueillit 35.6% de soutien parmi la population allemande interrogée et 35.9% parmi les britanniques ayant répondu au sondage. Aux Pays-Bas, 41.1% des sondés ont déclaré être d’accord avec cette affirmation et ils étaient 55.2% en Pologne, 45.6% en Hongrie, et 48.8% au Portugal.

Les chercheurs ont également demandé si  »les Juifs essayaient de prendre l’avantage en mettant en avant l’argument d’avoir été des victimes sous l’ère nazie ». Presque la moitié (48.9%) des Allemands interrogés ont répondu par l’affirmative, les Pays-Bas ont quant à eux enregistré le taux le plus bas (17.2%) alors que la Pologne a recueilli un résultat de 72.2%, la Hongrie 68.1%, la France 32.3%, la Grande-Bretagne 21.8%, le Portugal 52.2% et l’Italie 40.2%.

Interrogés sur les raisons animant l’antisémitisme – particulièrement en Allemagne où l’éducation sur le passé noir du pays et  l’Holocauste a été effectuée de manière intensive – B. Küpper a affirmé que les facteurs expliquant l’antisémitisme n’avaient pas été analysés dans cette étude.

Toutefois, pour expliquer le décalage qu’il existe au sein de la République fédérale entre les commémorations de la Shoah et la haine croissante d’Israël, certains universitaires en Allemagne invoquent fréquemment la notion d’un  »antisémitisme secondaire ». Selon cette notion,  les Allemands seraient atteints d’une culpabilité pathologique du fait de l’Holocauste et rejetteraient la faute du sentiment antisémite sur Israël dans l’espoir d’apaiser leurs complexes. Selon les promoteurs de cette théorie, cela permet d’expliquer l’acharnement contre Israël qui existe au sein de la presse allemande ainsi que les actions parlementaires visant l’Etat hébreu lors de l’incident du Mavi Marmara.

Une poignée d’universitaires allemands, dont le docteur Lars Rensmann, le docteur Matthias Küntzel, et le docteur Clemens Heni, ont enquêté sur ce phénomène d’antisémitisme secondaire dans leurs essais. C. Heni a ainsi déclaré que  »l’étude de la Fondation Friedrich Ebert était basée sur une soi-disant  »haine orientée vers un groupe ». C’est un concept grand public en Allemagne, introduit par Wilhelm Heitmeyer, il y a une dizaine d’années, visant à minimiser l’antisémitisme et à l’assimiler avec les sentiments de haine à l’égard de la population des sans-emploi, des homosexuels (…) et des étrangers ».

Selon lui, c’est un  »concept ridicule » puisque  »par exemple, confondre l’antisémitisme avec la haine de l’Islam c’est obscurcir l’antisémitisme musulman et islamique. Nous avons un nombre croissant de Musulmans en Europe, alors que les Juifs (…) envisagent plutôt de quitter le continent du fait des incidents antisémites et de la culture politique basée sur la haine des Juifs », continue-t-il.

Toujours selon C. Heni,  »l’étude semble hésiter à traiter avec honnêteté le nouvel antisémitisme, qui est une composante de l’islam politique qui tente d’intégrer l’antisionisme en Occident ».

Il a notamment utilisé le terme  »d’obsession létale », expression inventée par le professeur Robert Wistrich de l’Université hébraïque de Jérusalem, un spécialiste de l’antisémitisme, pour décrire ce qui différencie l’antisémitisme de la xénophobie et des autres formes de haine.

 »Le nouvel antisémitisme se propage, a-t-il conclu. Cela n’est pas seulement le fait des néo-nazis. (Cela est également causé) par les principaux membres de la gauche au Parlement, les militants de gauche, les extrémistes musulmans et parfois les élites européennes elles-mêmes ».
G.I.N avec Agences

La langue de bois d’I24 News

Hier soir on pouvait voir sur I24News défiler la bande d’information écrite évoquant l’intervention à Bruxelles de policiers français et Belges conjointement qui s’est soldé par 4 policiers blessés et un « suspect » tué.

Ah bon, une équipe policière de deux pays intervient, contre des « suspects » et se sert de lance-flamme, c’est une exécution sommaire sans jugement de « suspect » abattu dans une intervention disproportionnée!!!

Lorsque les journalistes dignes de ce nom qualifieront les choses, ils pourront prétendre diffuser de l’information. Si deux pays ont monté cette opération policière d’une manière conjointe, c’est qu’il ne s’agissait pas de suspects, l’affaire était entendue, la preuve, lorsqu’un chien équipé d’une caméra s’approche, il essuie des coups de feu.

Aimez-vous cet article ? Inscrivez-vous à notre Newsletter en cliquant ici.

Au fait, le terroriste abattu se nommait Mohamed Belkaïd, il était algérien et entré en Europe illégalement sans papiers!!!

Malgré un déploiement de forces exceptionnel, le quadrillage de tout un quartier, deux autres terroristes ont réussi à s’échapper par les toits.

Et pourquoi donc 4 policiers blessés? En raison de l’amateurisme de leurs chefs qui en ont envoyé certains au casse pipe sans gilet pare balles, lorsqu’on se frotte à des terroristes armés de fusils de guerre, on se protège un minimum.

Si les polices européennes veulent affronter avec succès des terroristes, elles sont invitées à se rapprocher du meilleur expert mondial en la matière Israël, il est vrai qu’après avoir voté pour un étiquetage différentié des produits en provenance d’Israël, selon la zone de production, ils n’osent pas demander de l’aide.

A propos de cette politique sulfureuse d’étiquetage, et de l’action de BDS, Sodastream a été obligé de délocaliser son usine de Maalé Adumim laissant 500 employés arabes sur le carreau, il tente en vain de reprendre 70 d’entre eux à la nouvelle usine près de Beer Sheva, mais les services de sécurité israéliens s’y opposent formellement en raison des attentats à répétition causés par des ouvriers arabes résidant en Judée ou en Samarie.

Ceux qui prétendent défendre les arabes de Judée et de Samarie feraient mieux de réfléchir à quatre fois avant de s’engager dans une politique scandaleuse d’intervention dans les affaires intérieures d’un Etat souverain, politique d’intervention qui se retourne contre les personnes supposées en bénéficier, et qui n’en veulent absolument pas.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eli d’Ashdod pour https://eli-d-ashdod.com/

L’Europe, l’Europe, l’Europe

L’Europe voulue par ses créateurs à 6, puis 9, puis…28 est-elle celle que vous souhaitez?

Je vous laisse découvrir ce qu’elle est en train de devenir chacun appréciera selon sa vision du Monde!!!

Si cet article vous a plu, vous pouvez vous inscrire à notre NewsLetter en cliquant ici

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eli d’Ashdod pour https://eli-d-ashdod.com/

Le Coran, les Juifs et Israël

Texte mis en page par Eli d’Ashdod.

Yom Ha-Shoah poème de Claude Salama

A la demande de lecteurs qui n’ont pas vu ou pu extraire la pièce jointe de l’envoi précédent, voici le poème du Dr Claude Salama. 

Le poème a été légèrement modifié dans sa forme, et augmenté de nouvelles citations fournies par un lecteur.

La première partie est, en ce 8 Avril,  jour du Yom ha Shoah, une évocation de l’horreur d’ Auschwitz.

La seconde partie est une réponse fondée sur le Coran lui-même à tous ceux qui, comme le premier ministre turc Erdogan, ont brandi la plus grande, la plus grave  insulte qui soit : ils ont traités le retour des Juifs sur leur terre ancestrale de  » crime contre l’humanité. »

(Le Dr Claude Salama [email protected] serait heureux de former B.H.M.  avec des personnes compétentes un « think tank »Â , groupe de réflexion et de recherche sur les textes établissant la légitimité de la présence du peuple des enfants d’Israël sur la terre d’Israël à partir de textes du Coran avec des personnes compétentes)

Texte du Dr Claude Salama:

Yom Ha-Shoah poème de Claude Salama

Les Prophètes d’Israël l’ont écrit et martelé !  

Ils ont annoncé plusieurs millénaires à l’avance le retour du peuple des enfants d’Israël, les Bné Israel, en Terre Promise.  

Les prophètes d’Israël sont eux-mêmes reconnus comme authentiques, saints et vrais par le Coran.

Le Coran affirme les mêmes prophéties, comme le prouvent les citations introduites dans ce poème (dans la suite de cet article). 

Il annonce le retour des Bani Israel sur la terre d’Israël.

Cette évidence, selon les textes fondateurs du judaïsme et de l’islam, de la volonté divine de faire revenir le peuple juif sur sa terre est connue de Musulmans pieux qui, c’est ainsi qu’ils le disent eux-mêmes, « placent la vérité au dessus de la politique »

Mais, étrangement, ce discours courageux ne se fait pas entendre dans le concert d’imprécations dont Israel est l’objet.

Le peuple juif se heurte à un refus permanent de reconnaître la légitimité de sa présence sur la terre ancestrale d’Israël.

Ce refus est d’origine théologique. 

Et pourtant le Coran l’affirme: nous sommes ici sur la terre des enfants d’Israël !

                 « Sionisme, crime contre l’humanité » ?
                     Monsieur Erdogan
                     Relisez le Coran !

(Aux Enfants d’Israël)


21. O, mon peuple ! Entrez dans la terre sainte qu’Allah vous a prescrite. Et ne revenez point sur vos pas [en refusant de combattre] car vous retourneriez perdants » (Coran. Sourate n°5. V 20, 21)

<

p style= »text-align: justify; »>Monsieur Erdogan, vous avez récemment qualifié
 de crimes contre l’humanité 
l’antisémitisme… et le sionisme!
 Vous avez fait la moitié du chemin.
 Vous avez raison, l’antisémitisme, 
cette haine insatiable,
 sans répit, sans trêve distillée 
de génération en génération,
 pendant des siècles, des millénaires 
par ceux-là même qui s’étaient emparés 
de notre Bible, de nos psaumes, de nos prophètes,
 des noms de nos pères 
et de nos mères…

<

p style= »text-align: justify; »>Oui, vous avez raison 
l’antisémitisme,
 cette « bête immonde », jamais assouvie
 cette vieille haine, enseignée, martelée
 qui ose ressurgir aujourd’hui
 sur les ruines d’Auschwitz, 
n’est pas seulement un crime contre le peuple juif,
 il est aussi un crime contre l’homme,
 contre toute l’humanité.

<

p style= »text-align: justify; »>Auschwitz…
monstruosité, meurtre absolu, 
excroissance tentaculaire du néant,
 trou noir dont rien ne réchappe,
 béance, fracture du vivant,
 gouffre ouvert sur l’enfer 
où l’on voit horrifié s’enchevêtrer
 les démons reptiliens de la haine du Juif 
et de l’Homme…
Marécages répugnants,
 sables mouvants inexorables,
 où l’homme, ce prince de la création divine,
 est broyé, transformé,
 en un magmas informe
 de matière… première, inerte, minérale…
Auschwitz n’est pas seulement le souvenir,
 du meurtre du peuple juif, 
il est aussi peut-être l’avenir,
 de toute l’humanité.

<

p style= »text-align: justify; »>Mais nous, peuple juif, 
peuple de l’Origine,
 peuple de la mémoire première, 
nous n’oublions pas comment le peuple turc, 
et vos ancêtres aussi, 
ont ouvert les bras, en 1492, généreusement,
 quand toutes les portes se fermaient
 pour accueillir nos pères, nos mères, 
tout un peuple expulsé d’Espagne,
 et  mes ancêtres aussi,
 jeté sans ressources sur les routes,
 par un roi d’Aragon très catholique, 
une reine de Castille emplie de charité très chrétienne.
 Nous ne l’oublierons jamais !

<

p style= »text-align: justify; »>Mais vous avez dit aussi… Sionisme, crime contre l’humanité! 
Vous êtes un bon musulman
 Monsieur Erdogan!
 Relisez le Coran!
 Faites l’autre moitié du chemin!
 Car il n’y a pas, il ne peut y avoir de judaïsme sans Jérusalem, qui est Sion!
 Car, il n’y aurait ni christianisme, ni islam
 sans la grande lumière, antique, millénaire,
 venue de la Bible des Juifs, des Bné-Israël, des enfants d’Israël,
 ceux que le Coran appelle avec respect les Bani-Israil,
 sans le grand rêve, antique, millénaire,
 du retour du peuple juif à Sion.

« A bon escient, Nous les choisîmes parmi tous les peuples de l’univers » (Coran sourate 44 intitulée la Fumée, Ad-Dukhân, verset 32).

« (Souvenez-vous) lorsque Moïse dit à son peuple : ‹Ô, mon peuple ! Rappelez-vous le bienfait de Dieu sur vous, lorsqu’il a désigné parmi vous des prophètes. Et il a fait de vous des rois. Et il vous a donné ce qu’il n’avait donné à nul autre dans les mondes. » (Coran sourate 5 intitulée la Table servie, Al-Mâ’idah, verset 20).

« Ô Enfants d’Israël, rappelez-vous Mon bienfait dont Je vous ai comblés, (rappelez-vous) que Je vous ai préférés à tous les peuples (de l’époque). » (Coran sourate 2 intitulée la Vache, Al-Baqarah, verset 47).

<

p style= »text-align: justify; »>Venez en Israel!
 Vous verrez sur les tombes de nos prophètes 
sur la tombe de Samuel, Shmuel Ha-Navi,
 des musulmans pieux, venus de loin, 
s’incliner et prier avec nous.
 Souvenez-vous! 
Nous étions, nous les Juifs, pendant des millénaires
 les seuls au monde à connaître et respecter le D.ieu unique! 
Et à souffrir pour lui.
 Relisez le Coran!
 Il critique souvent très durement les Yaoud, les Juifs de l’époque,
 expulsés par D.ieu de leur terre, la terre d’Israël,
 parce que nos ancêtres avaient parfois, quelques temps, succombé à l’idolâtrie 
d’un monde qui était, lui, complètement, joyeusement, totalement idolâtre! 
Mais le Coran respecte, encense, vénère les Bani-Israil, les enfants d’Israël.

<

p style= »text-align: justify; »>Le Coran déclare qu’aux temps futurs Allah, qui est Elohim,
 le D.ieu unique, juste et miséricordieux du judaïsme et de l’islam,
  réunira les Bani-Israil du monde entier et les ramènera sur leur Terre.
 Et à ceux qui osent dire,
 parce qu’ils ne savent plus comment contester, 
comment s’opposer à la vérité des textes,
 que les Juifs revenus en Israël de nos jours
 ne sont pas les vrais Bani Israel,
 demandez-leur qui est alors ce peuple de Juifs 
venus en foule du monde entier, après d’immenses souffrances
 et une grande fidélité, et maintenant béni par D.ieu,
 comme l’écrit la Thora, comme l’écrit le Coran.
 Et de nos jours des musulmans pieux, courageux,
 de plus en plus nombreux,
 se lèvent pour affirmer la vérité 
pour dire que c’est la volonté de D.ieu
 que le peuple juif retourne à Sion
 que les promesses d’Allah sont éternelles 
et que tout bon musulman, soumis à Allah, 
doit accepter ce décret divin.

<

p style= »text-align: justify; »>-Sourate 3
104. Et après lui, Nous dîmes aux Enfants d’Israël: ‹Habitez la terre›. Puis, lorsque viendra la promesse de la (vie) dernière, Nous vous ferons venir en foule.


QI Al Rassooli est expert musulman irakien du Coran. Il confirme que le verset cité plus haut affirme que la Terre d’Israël appartient aux Juifs : « Les islamistes, qui prétendent être attachés au texte saint, le Coran, maintiennent encore, avec beaucoup de haine une attitude hostile envers Israël. » « Le Coran est bien clair en ce qui concerne la promesse de donner la terre sainte aux fils d’Israël. Il suffit de lire du verset 20 au verset 26 de la Sourate n°5 (La Table) pour se rendre compte de cette vérité. »

Si cet article vous a plu, vous pouvez vous inscrire à notre NewsLetter en cliquant ici

Un autre savant musulman confirme : « En conséquence, comme Musulman qui s’en tient au Coran, je crois que s’opposer à l’existence de l’Etat d’Israël signifie s’opposer au décret Divin » -Cheikh Abdul Palazzi, recteur de la mosquée de Rome.

<

p style= »text-align: justify; »>Dites à Ahmadinejad, le chef de l’Iran, 
que le grand jour de l’Achoura
 où les chiites jeûnent, défilent et pleurent l’Imam Hussein,
 a été institué par le prophète de l’islam
 en reflet du Yom Kippour des Juifs
 et en hommage à la délivrance par D.ieu et Moïse
 des enfants d’Israël de la main du pharaon d’Egypte.

<

p style= »text-align: justify; »>Pour comprendre le sens de l’Achoura, il faut remonter à l’an 622, lorsque le prophète de l’islam Mohammed et ses disciples, ayant quitté La Mecque, arrivent à l’oasis de Yathrib (la future Médine).
 Une des 3 tribus qui étaient installées dans l’oasis était juive, et le jour de l’arrivée du prophète de l’islam Mohammed cette tribu célébrait le Yom Kippour, jour de l’Expiation ou du Grand Pardon.
 Ce jour-là, les Israélites observent un jeûne absolu et ne travaillent pas car ils font mémoire et demandent pardon à Dieu d’avoir adoré le « Veau d’or » au cours de l’Exode. Ce jour-là également, le peuple hébreu demande pardon à Dieu pour tous les péchés commis, à l’égard de Dieu et des autres, au cours de l’année écoulée.
 Le prophète de l’islam Mohammed conseille alors à ses compagnons de jeûner : « Dieu remet les péchés d’une année passée à quiconque jeûne le jour d’Achoura ».

Toutefois, 2 ans plus tard, lorsque le mois du Ramadan est révélé, le jeûne de Achoura devient recommandé mais non obligatoire, à condition de jeûner deux jours – dont Achoura pour se différencier du judaïsme

<

p style= »text-align: justify; »>Réfléchissons! 
Le Coran, lui, stigmatise les Juifs punis et dispersés par D.ieu
 et recommande le retour des Juifs sur leur Terre. 
Vous, Monsieur Erdogan, vous stigmatisez l’antisémitisme,
 c’est-à-dire la haine contre les Juifs dispersés dans le monde.
 Mais vous leur refusez le droit d’être sionistes,
 c’est-à-dire le droit au retour sur leur Terre.
 Vous affirmez donc le contraire du Coran !

<

p style= »text-align: justify; »>Monsieur Erdogan, le Rabbi, le Rav Froman vient de mourir.
 Vous l’avez reçu chez vous. 
Vous lui avez parlé longuement.
 Il habitait la Judée, ce « territoire occupé » par les Juifs… qui sont les Judéens… 
Il enseignait. Il priait.
 Il était respecté par les Juifs et les Arabes… jusqu’à Gaza…
Il a sans cesse tendu les mains vers les musulmans pieux, au cœur sincère,
 qui mettent la vérité d’Allah au dessus de la politique.
 Souvenez-vous de son message de paix, et du Coran!
 Soyez un bon musulman!

Déclarez la paix au peuple de toutes les origines,
 au peuple du Livre, la Bible, qu’il a donnée à toute l’humanité! 
Voilà notre seul « crime contre l’humanité »! 
Ce peuple encore menacé d’extermination par l’Iran. 
Ouvrez les yeux! 
Nous accomplissons ici la volonté de D.ieu, Elohim qui est Allah! 
Et Elohim nous aide! 
Israël a la bénédiction de D.ieu! 
Mais les peuples autour de nous se déchirent chaque jour.
 Acceptez notre retour sur notre terre, la terre de nos ancêtres! 
Tendez la main à Israël, comme vos ancêtres l’ont fait! 
Ne faisons pas seulement une paix politique,. Faisons la vraie paix! 
Faisons la paix théologique! 
Nous serons alors,
 en plein accord avec la volonté de D.ieu. 
Et nous serons plus encore.
 Nous serons, Mr Erdogan,
 ce que D.ieu exige de chacun de nous.
 Nous serons  des êtres humains, 
des vrais, des grands.

Des sourates et versets sionistes dans le Coran :

Par Abdelkader Amlou

Les islamistes, qui prétendent être attachés au texte saint, le Coran, maintiennent encore, avec beaucoup de mépris, des attitudes hostiles envers Israël.

Le Coran est bien clair en ce qui concerne la promesse de donner la terre sainte aux fils d’Israël. Il suffit de lire du verset 20 au verset 26 de la Sourate n°5 (La Table) pour se rendre compte de cette vérité. La promesse est donnée par Allah.

Sur 6258 versets coranique (6236 selon la méthode Koufie moins de 22 versets selon celle de Médine), 670 versets soit plus de 10,6%, nous racontent l’histoire des fils d’Israël.

Abdelkader Amlou :

On peut attribuer sans crainte à ces textes le qualificatif SIONISTES. Pas parce qu’ils reprennent l’histoire du peuple en suivant un plan bien défini : l’entrée de Jacob et ses fils en Egypte, la naissance de la nation avec Moise, la fondation du royaume et le règne de David et Salomon, mais aussi, parce qu’ils appellent à l’entrée du peuple dans le territoire promis « 

Verset 20. (Souvenez-vous) lorsque Moïse dit à son peuple : »O, mon peuple ! Rappelez-vous le bienfait d’Allah sur vous, lorsqu’il a désigné parmi vous des prophètes. Et il a fait de vous des rois. Et il vous a donné ce qu’il n’avait donné à nul autre aux mondes.

Verset 21 O, mon peuple ! Entrez dans la terre sainte qu’Allah vous a prescrite. Et ne revenez point sur vos pas [en refusant de combattre] car vous retourneriez perdants« . (Sourate n°5.V, 20et21). Par conséquent, les musulmans sont appelés à de nouvelles attitudes conformes à la littéralité des textes saints, à rejeter leurs traditions haineuses vis-à-vis d’Israël, en tant que vérité coranique et géographique à jamais (voir sourate n°17. V, 2 à 8). Nous savons bien que les islamistes et les laïcs divergent idéologiquement mais ils convergent facilement lorsqu’il s’agit d’Israël. Qu’ils répondent ou non à cet appel, Israël est le fait accompli, le mot prononcé par Allah.

Déclaration de Cheikh Palazzi Grand Mufti de Rome:

« Nous (musulmans) devrions nous réjouir que les juifs soient retournés en Israël et qu’ils y aient fondé un Etat. C’est un grand signe pour nous car dans le Saint Coran, est écrit que le Mahdi reviendrait dans ces temps la. »

Je suis contacté par un chercheur, Mr Roger David Bentata, qui apporte d’autres nombreuses citations du Coran. En voici quelques unes :

-Sourate 7 – verset 133: “Ensuite nous avons fait hériter au peuple opprimé la Terre sainte, à l’est et à  l’ouest. Et furent réalisées toutes les promesses de ton Seigneur aux fils d’Israël.”

‫-‬Sourate 10 – verset 93: “Ensuite Nous avons installé les Fils d’Israël en toute sécurité dans leur terre et nous leur avons accordés le meilleur.”

Sourate 17- versets 105, 106: Allah rappelle l’Histoire: “Nous l’avons noyé [à Pharaon] et tout ce qui lui appartenait et ensuite nous avons dit aux Enfants d’Israël: ‘Héritez de la terre d’Israël et au Jour Dernier vous apparaitrez devant nous tous ensemble…”

Sourate 28- versets 3,4,5: “ Mais Nous avons décidé de diriger notre bonté vers les faibles [le peuple d’Israël] et d’en faire les dirigeants et les héritiers de la Terre [d’Israël] sur laquelle nous avons décidé de les installer et en même temps d’apporter par eux sur Pharaon et Aman ainsi que sur leurs armées la ruine qu’ils craignaient d’eux.”

Faysal de Jordanie avait reconnu en son temps les droits aux Juifs sur la terre d’Israël trois décennies avant la renaissance de  l’Etat d’Israël en 1948.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eli d’Ashdod pour https://eli-d-ashdod.com/