Le Deal du siècle de Donald Trump partie 3

Les différentes approches de résolution du conflit.

Les accords d’Oslo.

Yitzhak Rabin constata que les réfugiés de 1948 étaient parqués par les Libanais, les Syriens, les Jordaniens, et les Egyptiens sans espoir d’intégration, car interdits d’études et de travail. Et que d’autres part les Squatters implantés tant par les Jordaniens en Judée, Samarie, et Jérusalem-est, que par l’Egypte à Gaza vivaient sans espoir de retour dans leurs pays d’origine, eut l’idée qu’en leur reconnaissant le statut de peuple, et en leur offrant une terre, il obtiendrait la paix.

Il s’engagea donc dans le processus des Accords d’Oslo: la terre contre la paix.

Le 9 septembre 1993 signature d’une reconnaissance mutuelle, Yasser Arafat reconnait le droit à l’existence d’Israël, et Israël reconnait le droit du « Peuple palestinien », une période intermédiaire permettra aux Arabes de prendre en charge les Affaires sociales, la Culture, l’Education, la santé, la taxation, le tourisme.

Les accords précisaient qu’en aucun cas il ne pourrait être réclamé le statut de pays sans une négociation bilatérale, qu’en cas de réclamation devant l’O.N.U, les accords deviendraient caducs.

Le jour même de la signature des Accords, Yasser Arafat déclara dans un discours s’inspirant des accords de Mahomet et des Qurayshites à la Mecque « que la terre obtenue par ces accords devait être considérée comme un tremplin pour grignoter la totalité du territoire du Jourdain à la mer, avec la liquidation de l’Etat juif. »

Yasser Arafat refusa une grande partie de la Judée et de la Samarie, avec Jérusalem-est comme Capitale car il voulait qu’Israël intègre 5 millions de réfugiés selon l’U.N.W.R.A. alors que le nouvel état serait Judenrein. Il déclencha la première Intifada.

Abou Mazen reprit le flambeau, mais ses cartes ne laissent aucun doute sur les limites de son Etat, il va du Jourdain à la Mer.

Par la suite il réclama à l’Unesco puis à l’O.N.U le statut d’Etat refusant de poursuivre les discussions bilatérales. Les accords sont donc devenus caducs.

Si cet article vous a plu, vous pouvez vous inscrire à notre NewsLetter en cliquant ici

Benyamin Netanyahou, le travail contre la paix.

Benyamin Netanyahou favorisa les implantations d’entreprises en Judée-Samarie par exemple Sodastream et le passage quotidien de 170.000 Arabes vers Israël en vue de travailler. Cette manne financière était très appréciée des Arabes car ils étaient rémunérés au tarif israélien supérieur de 30% de celui qu’ils auraient perçu en Judée-Samarie, et dépensaient au tarif de la Judée-Samarie inférieur de 30% de celui d’Israël.

 

Marwan Barghouti, inspirateur de B.D.S.

Il est un des meneurs des 2 Intifadas, arrêté puis jugé en 2001 il est condamné à 5 peines de prison à perpétuité pour de multiples assassinats ou commandite d’assassinats.

Du fond de sa prison il met en place le système Boycott, Désinvestissements, Sanctions qui est pratiqué dans le monde entier par la Gauche.

Bien que le système soit déclaré hors la loi en France en particulier, ses partisans ne sont pas condamnés. Et l’Europe instaure un étiquetage spécifique pour les produits en provenance de la Judée-Samarie qui correspond à une partie de B.D.S. par l’esprit de Boycott. Ces actions appauvrissent les Arabes de Judée-Samarie, les forçant à vivre de subsides.

Le constat.

Echec de la négociation par le haut en offrant des territoires contre la paix la paix, ou en offrant de meilleures conditions de vie aux Arabes vivant en Judée-Samarie, Abou Mazen à la suite de Yasser Arafat ne veut qu’une chose, la totalité du territoire dans un pays judenrein.

Les Européens feignent de ne pas comprendre ce fait et continuent à déverser des sommes importantes qui vont pour la plus grande partie alimenter les comptes personnels d’Abou Mazen et de quelques dirigeants. Une partie sert également à verser des allocations aux familles des terroristes ayant effectué des attentats.

La Norvège s’est inquiétée récemment et a demandé à vérifier l’emploi des sommes allouées.

Par ailleurs, le fait pour Israël de s’être retiré de la totalité de la bande de Gaza, ne lui a pas apporté la paix, depuis Israël a du effectuer 3 opérations de police dans la bande suite à l’envoi de milliers de roquettes sur les populations civiles. Devant l’inefficacité de ces tirs de roquette bloquées par « Dome de fer », une nouvelle technique a été exploitée, l’envoi  de ballons incendiaires qui détruisent des milliers d’hectares de cultures ou de réserves naturelles.

On constate que les Pays arabes à l’origine de l’implantation de ce cancer, sont conscients de la corruption des chefs d’une bandes de voleurs, ils se désintéressent aujourd’hui de leur sort, préoccupés surtout par la menace d’ l’Iran fomenteur de troubles à leurs portes. Ils se rendent compte qu’Israël n’est pas leur ennemi, que leur ennemi c’est l’Iran et qu’Israël est le seul Etat régional qui puisse les défendre. Qu’en outre Israël peut leur apporter un savoir faire dont leurs populations ont le plus grand besoin.

Il est temps d’analyser d’autres voies.

 

Les réfugiés juifs des pays musulmans

Nous entendons toujours parler des 450.000 réfugiés arabes dus selon eux à l’indépendance de l’Etat d’Israël qu’ils ne reconnaissent pas, et qu’ils appellent l’entité occupante.

Nous entendons beaucoup moins parler des réfugiés juifs qui étaient près d’un million, qui vivaient dans la Dhimmitude au sein des pays musulmans. L’Indépendance d’Israël a été le facteur déclenchant, et dans la dernière partie des années 40, et au tout début des années 50, près d’un million de Juifs ont été chassés par les musulmans, ils ont du partir avec dans le meilleur des cas une valise qui souvent leur a été confisquée au moment d’embarquer pour ailleurs qu’Israël.

Les Arabes ne peuvent pas supporter que les Juifs ayant vécu en Dhimmitude pendant 14 siècles en pays musulmans puissent s’émanciper et avoir un pays Juif auquel ils sont totalement opposés.

Combien étaient-ils? Combien en reste t-il? On parle d’une spoliation de leurs usines et entreprises à hauteur de 15 à 20 milliards de dollars.

Pays

Avant le départ

Après le départ

Algérie

140.000

80

Egypte

80.000

40

Irak

150.000

16

Iran

100.000

20.000

Liban

5.666

20

Libye

38.000

0

Maroc

265.000

5.000

Syrie

27.770

26

Tunisie

105.000

1.500

Yémen

55.000

100

966,436

26.782

Ces chiffres ne tiennent aucun compte des Juifs vivant en Judée , en Samarie, et à Jérusalem avant la guerre d’Indépendance, et qui ont été chassés par la Légion arabe de l’armée jordanienne encadrée et armée par les Britanniques.

Expulsion des habitants juifs de Jérusalem occupée par la légion arabe juin 1948
Expulsion des habitants juifs de Jérusalem occupée par la légion arabe juin 1948

Aujourd’hui, les 700 Juifs restant au Danemark, ont été incités à partir par le Gouvernement sous la pression musulmane, en effet le gouvernement ne peut plus assurer leur défense, et a supprimé la Chrita’h, et la Mila’h (l’abattage rituel, et la circoncision.) Bien sur, rien de tel pour les musulmans.

Quand à la Hollande, les affaires des Juifs y sont au plus bas, et leur sécurité n’est pas des meilleures.

Si tout ceci n’est pas de l’épuration ethnique, et de l’antijudaïsme, quel terme convient-il le mieux afin de ne pas heurter la sensibilité des adeptes de la Religion d’amour et de paix?

Pour éradiquer le Judaïsme, il y eut deux voies suivies par 2 groupes de pays ou de religions:

Par la destruction et les tueries, et l’obligation de conversion.

  • Egypte des Pharaons.
  • Amalec.
  • Les Assyriens.
  • Les Grecs.
  • Les Romains.
  • L’Eglise avec l’Inquisition.
  • Hitler, et le Grand Mufti de Jérusalem avec la solution finale (voir plus loin.)
  • Aujourd’hui encore l’Islam.

C’est ce qu’on pourrait appeler la méthode dure pour éradiquer le Judaïsme.

Certains d’entre vous ont entendu parler de la réunion entre Hitler, et le Grand Mufti de Jérusalem.

Réunion Grand Mufti de Jérusalem et Hitler
Réunion Grand Mufti de Jérusalem et Hitler le 28 Novembre 1941.

Qu’à conseillé le Grand Mufti de Jérusalem à Hitler?

Il lui a dit que les Einsatgruppen faisaient un excellent travail, mais que la Shoah par balle allait durer trop longtemps, et que le temps était compté, il lui a préconisé une solution plus rapide, une solution industrielle, une solution que l’Allemagne industrielle n’aurait aucune peine à mettre en place. Il a demandé à Hitler de continuer ensuite le travail au Moyen-Orient afin de le vider de tous ses Juifs.

Il lui a proposé de créer deux bataillons de SS musulmans qu’il a mis en place en Bosnie, vous savez, ce pays que B.H.L. a sauvé en faisant intervenir l’O.T.A.N. Depuis, la Bosnie est un foyer d’infection dans les Balkans.

Hitler est sorti impressionné de son entretien, il n’a pas trainé, et le 20 janvier 1941 à peine deux mois plus tard, il a mis en place la Conférence de Wannsee, qui a entériné le contrôle total des SS sur la mise en œuvre de l’extermination du peuple juif, et du rôle majeur de Heydrich en tant que chef d’orchestre dans le processus destructeur qui a exigé la collaboration totale et le soutien de l’ensemble de l’appareil d’Etat.

Villa Marlier à Wannsee où eu lieu la Conférence de Wannsee le 20 Janvier 1942
Villa Marlier à Wannsee où eu lieu la Conférence de Wannsee le 20 Janvier 1942

Si cet article vous a plu, vous pouvez vous inscrire à notre NewsLetter en cliquant ici

A la fin de la guerre, les pays arabes ont accueilli à bras ouverts de nombreux SS hautement qualifiés pour leur projet d’anéantissement des Juifs du Moyen Orient.

Malgré 4 guerres majeures, toutes menées et perdues par les Pays arabes et 5 de moindre importance, menées et perdues soit par le Hezbollah, soit par le Hamas, les Arabes se cantonnent aujourd’hui dans une troisième intifada.

Les Arabes ne peuvent pas supporter que les Juifs ayant vécu en Dhimmitude pendant 14 siècles en pays musulmans puissent s’émanciper et avoir un pays Juif auquel ils sont totalement opposés.

C’est la raison du triple non de la Conférence de Khartoum du 1er septembre 1967:

  • Non à la paix avec Israël.
  • Non à la reconnaissance d’Israël.
  • Non à des négociation avec Israël.

C’est pour cette raison qu’il ne peut y avoir de paix entre les Arabes et les Juifs, et penser qu’en mettant la pression sur Israël, on arriverait à résoudre ce conflit, c’est faire preuve d’une méconnaissance totale du dossier.

Par l’assimilation au moyen du mariage, Les Chrétiens et les Musulmans ont mis en place une procédure équivalente.

  • A la veille de l’entrée des Hébreux en terre promise, Balaam donna ce conseil aux filles de Moab, qui incitèrent les Hébreux à la débauche et à l’adoration du culte de Pëor, qui consistait à déféquer en public en tournant le dos à la statue de Pëor, et ensuite de la badigeonner avec la défécation. 24.000 hébreux subirent le fléau, qui s’arrêta lorsque Pin’has tua Zimri et la Médianite avec qui il s’était accouplé, car cette dernière l’entrainait elle aussi à l’idolâtrie. Moab c’est là qu’est venu habiter Loth, le neveu d’Abraham.
  • Aujourd’hui, lorsqu’un Juif se marie avec une non Juive, sa descendance n’est pas Juive, car c’est par la mère que la transmission de la religion se fait. C’est ce que font les Chrétiennes, et les Musulmanes. Quand aux Musulmanes la famille impose au mari la conversion à l’Islam, car pour l’Islam, c’est par le père que la transmission de la religion se fait.

Dans ces deux derniers cas il y a disparition « douce » du Judaïsme.

Nous entendons beaucoup moins parler des réfugiés juifs qui étaient près d’un million, qui vivaient dans la Dhimmitude au sein des pays musulmans.

Partant de ces constatations? Quelle attitude avoir avec les Arabes de Judée, de Samarie, et de Jérusalem qui ne sont pas Israéliens?

La solution la plus douce, serait l’annexion de la Judée, et de la Samarie, la destruction de toutes les constructions illégales financées par l’U.E. le désarmement de toute cette zone, et l’offre du statut de résident à tous ceux prêtant allégeance à Israël. Ceux refusant l’allégeance verraient leur statut de résident supprimé, avec les conséquences qui en découlent.

La solution la plus rigoureuse serait après l’annexion, l’expulsion de tous les arabes vivant là, de la même manière que l’ont faite les Jordaniens à l’égard des Juifs en 1948. Cette solution ne pourrait être mise en œuvre qu’avec un Gouvernement suffisamment majoritaire pour supporter le choc des résistances et des sanctions que mettraient en œuvre l’Europe.

L’Europe qui a tellement à faire avec la cinquième colonne musulmane qu’elle a introduit à domicile, n’est pas en état d’exiger quoi que ce soit, elle déplorera le fait et s’opposera vigoureusement en parole à cette situation comme elle l’a fait avec la Géorgie.

A moins qu’une révolution n’éclate, ne renvoie tous ces dirigeants calamiteux, et n’en élise d’autres plus réalistes tels qu’en Grande Bretagne, où après le Brexit, le parti conservateur a mis en place un Gouvernement de choc afin de régler avec l’Europe les conditions de leur sortie de l’U.E. où ils n’étaient jamais totalement entrés.

Il n’y a pas de troisième solution.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eli d’Ashdod pour www.https://eli-d-ashdod.com

 

La France et son immigration

Dès 1830:

Les Polonais arrivent en France, car Napoléon a favorisé en 1807 la création du Grand Duché de Varsovie sur des terres occupées jusqu’alors par la Prusse. Napoléon ayant intégré dans son armée des Polonais, il se sont installés en France, catholiques, ils se sont parfaitement intégrés à cette terre hospitalière, terre des Lumières.

L’entre deux Guerres:

L’entre deux Guerres vit l’arrivée massive d’ouvriers agricoles et de mineurs polonais, puis au grès de la crise le renvoi d’un grand nombre revenus en France lors d’une embellie financière. Les Polonais furent la seconde population immigrée en France après les Italiens.

De 1876 à 1976:

La France connut l’arrivée de 4.317.394 immigrés italiens, ils s’intégrèrent parfaitement dans la société Française en raison de leur religion catholique, et d’une langue latine proche du Français. Ce fut la plus importante population d’immigration en France, et le chiffre très précis n’est pas en opposition avec une soi-disant loi interdisant le décompte de ces populations.

De 1813 à 1971:

Les premiers immigrés espagnols vinrent dans les malles de Joseph 1er Bonaparte de retour en France après la campagne d’Espagne. Ils furent suivis par les différents opposants aux régimes successifs et connurent un très gros pic avec la guerre d’Espagne de 1936. Ces derniers s’installèrent essentiellement dans le Sud-Ouest de la France comme ouvriers agricoles. Eux aussi s’intégrèrent très bien en raison de leur religion catholique, et de leur langue latine proche du Français.

Les années 50:

Les immigrants portugais sont peu nombreux, et n’arrivent que parcimonieusement en toute illégalité.

Les années 60:

Les Portugais arrivent au début de la décennie au nombre de 10.000 par an, l’année 1969 ils sont 110.614, là aussi le chiffre n’est pas une estimation mais un chiffre exact. Les Portugais fuient la dictature en vigueur dans leur pays ainsi qu’une crise économique obligeant les petits fermiers à louer leurs services et ceux de leur famille auprès des gros propriétaires terriens qui les exploitent.

Les Maghrébins accueillis par Douars entiers, sont venus travailler sur des chantiers pour des travaux pénibles dédaignés par les Français de souche puis par les immigrés Polonais, Italiens, Espagnols, et Portugais, préférant pour leurs enfants des études plus longues en vue de tâches plus nobles.

Les hommes venaient seuls du Maghreb, ils repartaient en vacances voir leur famille à qui ils envoyaient régulièrement des mandats. Puis la loi sur le regroupement familial votée lors du septennat de Valéry Giscard d’Estaing permit aux épouses et aux enfants de ces ouvriers d’être accueillis en France.

L’intégration des immigrés en provenance d’Europe n’a posée aucune difficulté, fervents catholiques pour la plupart, ils se sont rapidement fondu dans la société française catholique elle aussi.

Les années 70:

En 1975 on recense 750.000 Portugais en France.

Les années 80:

La seconde génération issue de l’immigration maghrébine suivit le cheminement normal, études sanctionnées par des diplômes permettant l’accès à des professions plus nobles. Alors qu’ils provenaient d’une culture islamique, ils s’européanisèrent pour essayer d’obtenir des postes inaccessibles sous leurs vêtements folkloriques.

Si cet article vous a plu, vous pouvez vous inscrire à notre NewsLetter en cliquant ici

Les années 2000:

Les enfants de la troisième génération eurent tôt fait de reprocher à leurs parents leur assimilation, alors que les filles suivirent leurs études qui leur permettaient l’émancipation dont elles rêvaient, les garçons se lancèrent pour beaucoup dans le très lucratif trafic de drogue, pour éviter les contrôles fiscaux qui les auraient fait tombés comme Al Capone, ils achetèrent de superbes voitures enregistrées au nom d’une cinquantaine de personnes. On vit alors des gamins de 10 ou 12 ans se moquer de leurs études car ils n’auraient pu prétendre à une rémunération juteuse de 2.000 euro versée comme simple guetteur. Le trafic d’armes florissant battait son plein, il permettait de préserver les secteurs de distribution.

Les années 2010:

André Malraux déclara un jour que le vingt et unième siècle serait religieux ou ne serait pas.

Lors d’un récent voyage en France, j’ai pu mesurer l’évolution du changement en marche depuis des années, dénoncé très tôt, au grand étonnement des amis et de la famille qui ne comprenaient pas ma perception des choses.

Dès l’arrivée à l’aéroport, j’ai été saisi par le nombre inhabituel de Maghrébins, les femmes couvertes de foulards de plus en plus longs aux couleurs de plus en plus voyantes, prouvant ici la politique délibérée d’invasion programmée. L’intimidation des populations indigènes passant par la visibilité la plus grande des populations venues du Maghreb et de l’Afrique.

Albert Camus disait: Mal nommer les choses ajoute du malheur au Monde.

Les tensions de plus en plus fréquentes et violentes violentes favorisées par le laxisme de la politique judiciaire actuelle, « nous n’avons pas le budget nécessaire pour construire de nouvelles places de prison, nous allons donc vider les prisons des délinquants condamnés à moins de deux ans, et réduire les peines de ceux incarcérés. » Le résultat ne s’est pas fait attendre: explosion du nombre de viols, de casses, et surtout d’attentats terroristes perpétrés par des « loups solitaires, puis par des déséquilibrés. »

Albert Camus disait: Mal nommer les choses ajoute du malheur au Monde.

Aujourd’hui, la France, comme toute l’Europe, est aux prises à une immigration sauvage venue d’Afrique et du Moyen-Orient, ils sont des milliers à arriver quotidiennement, inondant les services sociaux dont ils assèchent les budget dont les Français sont de plus en plus exclus.

Cette immigration sauvage n’est pas la résultante, mais bien la raison d’être de tous les conflits qui ont éclaté dans le monde.

Les islamistes ont lancé de multiples offensives, en vue de leur conquête du Monde, ils favorisent l’exode des populations, parmi lesquelles de nombreux terroristes s’infiltrent, ce seront autant de cellules dormantes qui réagiront d’une manière autonome comme ce week-end, lors de l’attentat du Thalys, dont le responsable a été dans un premier temps qualifié de « déséquilibré » par un professionnel de la désinformation comme ils sont légions dans tous les Médias français à l’exception de Valeurs Actuelles.

C’est le seul Média qui a toute liberté d’écriture car il ne dépend que de  ses abonnés alors que tous les autres sont tributaires de l’Etat qui leur alloue des subventions.

Quand donc les Français ouvriront-ils leurs yeux?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eli d’Ashdod pour https://eli-d-ashdod.com/

Le coup de gueule du Docteur Salem Ben Ammar

De Salem Ben Ammar, Docteur en sciences politique.

Je demande aux musulmanes et aux musulmans qui ont l’aversion des êtres humains et qui se prennent pour les maîtres du monde alors qu’ils ne sont pas encore sortis du monde des ténèbres, que seriez-vous sans nous ?

Quand vous faites vos courses dans nos magasins, vous mettez quoi dans vos paniers, Mahomet, Allah et le Coran ou des produits que vous n’êtes pas capables de fabriquer vous-mêmes et dont vous êtes redevables à 100% à ceux que votre satané livre ordonne de massacrer et d’humilier.

Quand vous avez faim et soif, c’est l’islam ou la patrie qui vous nourrit ?

Quand vous n’avez pas de travail chez vous et pour échapper à vos conditions de vie misérables est-ce que vous trouvez refuge dans l’islam ou dans ces pays que vous êtes en train de détruire au nom de votre religion ?

Quand vous êtes malades, vous vous soignez à coups de versets maléfiques ou vous prenez des médicaments fabriqués par les mécréants?

Quand vous avez froid et plongez dans l’obscurité, vous vous éclairez avec les hadiths de ce prophète diabolique ou vous utilisez l’électricité inventée par l’Occident que vous vous haïssez tant ?

Quand vous avez besoin de surfer sur l’internet vous utilisez vos tapis de prière ou des PC produits par les infidèles ?

Quand vous avez besoin de vous déplacer vous prenez les mosquées comme moyen de transport ou des véhicules mobiles fabriqués chez les non-musulmans, les musulmans ne sont ni des industriels ni des industrieux, que votre ignominieux et abominable livre prétendument sacré appelle associateurs dont il vous recommande l’extermination jusqu’au dernier ?

Quand vous êtes atteints de myopie vous portez la Ka’aba, cette météorite sinistre dont vous êtes l’exact reflet et qui témoigne du caractère fétichiste de votre croyance pour augmenter votre vision ou une paire de lunettes fabriquée par les mécréants ?

Quand vous devez vous faire opérer on vous anesthésie avec l’eau de zem zem ou avec un anesthésiant importé de l’Occident dont vous terrorisez les habitants ?

Quand vous êtes déficients auditifs avez-vous recours aux hauts-parleurs des mosquées qui crachent leur poison de haine sur l’humanité ou utilisez-vous des appareils acoustiques sortis des laboratoires des pays du dar-al harb, la maison de la guerre ?

Quand vous devez monter dans une tour de 30 étages par exemple empilez le Coran pour les grimper ou vous empruntez un ascenseur qui porte la marque des pays qualifiés d’ignominieux et d’infâmes par votre Mein Kampf ?

Quand vous avez besoin de faire des radios de vos poumons vous les faites dans les salles de prières ou dans des salles de radiologie nées dans le cerveau des ces femmes et ces hommes que le Coran, ce livre liberticide et génocidaire, voue aux feux ardents de votre enfer qui n’est rien d’autre que le vôtre ?

Quand vous vous rendez dans ce haut lieu de la barbarie humaine qu’est la Mecque pour faire votre circumambulation autour d’une météorite noire symbole de votre culte fétichiste, vous vous envolez sur vos tapis volants de prière ou à bord de ces oiseaux volants fabriqués chez les enfants de Satan comme vous les appelez ?

Quand vous passez vos appels téléphoniques vous utilisez les puces que vous ramassez dans les mosquées ou les puces inventées par les mécrus et les égarés ?

Si cet article vous a plu, vous pouvez vous inscrire à notre NewsLetter en cliquant ici

Quand vous dites que vous êtes la plus belle communauté de croyants jamais créée par Dieu, je ne sais pas de quel Dieu, parlez-vous de celui dont la connaissance de la géographie humaine ne dépasse pas les confins des terres arides et lunaires d’Arabie, pourquoi vous avez autant peur de la satire et de la critique au point que vous massacrez tous ceux qui auraient offensé ce faux prophète sanguinaire et cruel qui excellait dans le meurtre de ses opposants ? Simplement parce que les Musulmans sont aussi imbéciles que leur prophète.

Quand vous dites comme le Coran vous le certifie par la voix de vos muftis charlatanesques et vos imams débiles que la terre est plate et fixe et que le soleil tourne autour d’elle vous ne croyez pas que vous avez atteint le degré zéro de la bêtise.

Voilà… le constat est tel. Heureusement, ils admettent que les monts berbères ne sont pas à l’altitude zéro comme le quotient intellectuel de ces profiteurs et sans éducation qui fleurissent dans nos rues et qui ont massacré notre pays. Que la Belgique était belle avant l’arrivée de ces ordures.

De Salem Ben Ammar, Docteur en sciences politiques

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eli d’Ashdod pour https://eli-d-ashdod.com/

Fin de l’occupation juive injustifiée de la terre arabe

La meilleure explication est souvent la plus simple

Vision japonaise des Palestiniens

Je n’aurais pas pu dire mieux!

Une bonne image vaut mieux que mille mots!

Le Monde musulman entourant Israël
Le Monde musulman entourant Israël


Le monde est tout simplement stupide?


Un questionnaire intéressant pour avocats palestiniens

Par Yashiko Sagamori

Si vous êtes sûr que le pays « la Palestine, remonte loin à travers l’histoire, » je m’attends à ce que vous soyez en mesure de répondre à quelques questions de base sur ce pays la Palestine:

1 Quand le pays a t-il été fondé et par qui?

2 Quelles étaient ses frontières?

3 Quelle était sa capitale?

4 Quelles ont été les grandes villes?

5 Qu’est-ce qui constituait la base de son économie?

6 Quelle était sa forme de gouvernement?

7 Pouvez-vous nommer au moins un leader palestinien avant Arafat?

8 La Palestine a t-elle été un jour reconnue comme un pays dont l’existence, à l’époque ou aujourd’hui, ne laisse aucune place à l’interprétation?

9 Quelle était la langue du pays de la Palestine?

10 Quelle était la religion prédominante du pays de la Palestine?

11 Quel était le nom de sa monnaie? Choisissez une date dans l’histoire et dites quel était le taux de change de l’unité monétaire palestinienne contre le dollar américain, le mark allemand, la livre sterling, le yen, le yuan chinois, ou à cette date le change approximatif.

12 Et, enfin, car il n’y a pas de pays aujourd’hui, ce qui a causé sa mort et quand cela s’est-il produit?

Vous déplorez le « naufrage» d’une nation, « autrefois fière. » S’il vous plaît dites-moi, quand exactement cette « nation » fut fière et quelle fut la raison de cette fierté?

Si cet article vous a plu, vous pouvez vous inscrire à notre NewsLetter en cliquant ici

Et voici la question moins sarcastique de toutes:

Si les personnes que vous appelez à tort « Palestiniens » sont tout sauf des Arabes génériques collectées de partout, et jetés ici par le monde arabe, si elles ont vraiment une véritable identité ethnique qui donne les droit à l’autodétermination, pourquoi n’ont-ils jamais essayé de devenir indépendants jusqu’à ce que les Arabes aient subi leur défaite dévastatrice lors de la guerre des Six Jours?

J’espère que vous éviterez la tentation d’accoler lors des temps modernes « les Palestiniens » aux Philistins de la Bible: cette substitution étymologique de l’histoire ne fonctionnera pas ici.

La vérité devrait être évident pour tous ceux qui veulent la connaître. Les pays arabes n’ont jamais abandonné le rêve de détruire Israël; Ils continuent toujours aujourd’hui de caresser cette idée. Depuis tout ce temps ils n’ont pas réussi à atteindre leur objectif par des moyens militaires, ils ont décidé de combattre Israël par procuration. Pour ce faire, ils ont créé une organisation terroriste, cyniquement appelé «peuple palestinien» et installé dans la bande de Gaza, la Judée et la Samarie. Comment pouvez-vous expliquer le refus par la Jordanie et l’Egypte d’accepter sans condition leur retour en « Cisjordanie » et à Gaza, respectivement?

Le fait est, que les Arabes qui peuplent Gaza, la Judée et la Samarie ont beaucoup moins de raison de prétendre à la nationalité, que cette tribu indienne qui a émergé avec succès dans le Connecticut dans le but de lancer un casino exonéré d’impôt: au moins cette tribu avait un but constructif qui les a motivés. Les soi-disant « Palestiniens » n’ont qu’une seule motivation: la destruction d’Israël, et pour moi, ce n’est pas suffisant pour les considérer comme une nation ou quelque chose d’autre que ce qu’ils sont vraiment: une organisation terroriste qui sera un jour démantelée.

En fait, il n’y a qu’une seule façon de parvenir à la paix au Moyen-Orient. Les pays arabes doivent reconnaître et accepter leur défaite dans leur guerre contre Israël et, en tant que perdants devraient payer des réparations à Israël pour les plus de 50 ans de dévastation qu’ils lui ont causé. La forme la plus appropriée de ces réparations serait la suppression de leur organisation terroriste de la terre d’Israël et la reconnaissance historique et l’acceptation de la souveraineté d’Israël sur Gaza, la Judée et la Samarie.

Cela marquera la fin du peuple palestinien. Quand dites-vous a débuté son histoire?

Cette histoire peut-elle être présentée plus clairement ou plus simplement?

Texte traduit et librement adapté par Eli d’Ashdod.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eli d’Ashdod pour https://eli-d-ashdod.com/

Si ce n’est pas une guerre de religion qu’est-ce?

Fucks Your Morals

Les biens pensants disent qu’il faut trouver des excuses, qu’il ne faut pas que les ennemis de la Tunisie s’appuient sur cette vidéo pour l’attaquer, à qui la faute? Remarquez les drapeaux noirs de l’EI. ce sont les mêmes qui tuent et décapitent en Syrie, et en Iraq, ce sont les mêmes en Libye, ce sont les mêmes au Nigeria, sous d’autres noms.

Si cet article vous a plu, vous pouvez vous inscrire à notre NewsLetter en cliquant ici

Vous trouvez que c’est inacceptable en Syrie, alors pourquoi prenez-vous leur défense à Gaza?

Manifestation devant la synagogue de Tunis

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Maurice AMAR pour https://eli-d-ashdod.com/

 

 

Il y a des jours où je regrette d’être née arabe

 

Fawzia Zouari Journaliste Tunisienne
Fawzia Zouari écrivaine et journaliste tunisienne

 

Fawzia Zouari, écrivaine et journaliste tunisienne, docteur en littérature française et comparée de la Sorbonne. a publié dans « Jeune Afrique » du 02 mai 2014 cet article remarquable que je me dois de diffuser le plus largement possible :

« Il y a des jours où je regrette d’être née arabe. »

Les jours où je me réveille devant le spectacle de gueules hirsutes prêtes à massacrer au nom d’Allah et où je m’endors avec le bruit des explosions diffusées sur fond de versets coraniques.

Les jours où je regarde les cadavres joncher les rues de Bagdad ou de Beyrouth par la faute des kamikazes; où des cheikhs manchots et aveugles s’arrogent le droit d’émettre des fatwas parce qu’ils sont pleins comme des outres de haine et de sang; où je vois des petites filles, les unes courir protéger de leur corps leur mère qu’on lapide, et les autres revêtir la robe de mariée à l’âge de 9 ans.

Et puis ces jours où j’entends des mamans chrétiennes confier en sanglotant que leur progéniture convertie à l’islam refuse de les toucher sous prétexte qu’elles sont impures.

Quand j’entends pleurer ce père musulman parce qu’il ne sait pas pourquoi son garçon est allé se faire tuer en Syrie. A l’heure où celui-ci parade dans les faubourgs d’Alep, kalachnikov en bandoulière, en attendant de se repaître d’une gamine venue de la banlieue de Tunis ou de Londres, à qui l’on a fait croire que le viol est un laissez-passer pour le paradis.

Ces jours où je vois les Bill Gates dépenser leur argent pour les petits Africains et les François Pinault pour les artistes de leur continent, tandis que les cheikhs du Golfe dilapident leur fortune dans les casinos et les maisons de charme et qu’il ne vient pas à l’idée des nababs du Maghreb de penser au chômeur qui crève la faim, au poète qui vit en clandestin, à l’artiste qui n’a pas de quoi s’acheter un pinceau.

Et tous ces croyants qui se prennent pour les inventeurs de la poudre alors qu’ils ne savent pas nouer une cravate, et je ne parle pas de leur incapacité à fabriquer une tablette ou une voiture.

Les mêmes qui dénombrent les miracles de la science dans le Coran et sont dénués du plus petit savoir capable de faire reculer les maladies.

Non ! L’Occident, ces prêcheurs pleins d’arrogance le vomissent, bien qu’ils ne puissent se passer de ses portables, de ses médicaments, de ses progrès en tous genres.

Et la cacophonie de ces « révolutions » qui tombent entre des mains obscurantistes comme le fruit de l’arbre.

Ces islamistes qui parlent de démocratie et n’en croient pas un mot, qui clament le respect des femmes et les traitent en esclaves.

Et ces gourdes qui se voilent et se courbent au lieu de flairer le piège, qui revendiquent le statut de coépouse, de complémentaire, de moins que rien !

Et ces « niqabées » qui, en Europe, prennent un malin plaisir à choquer le bon Gaulois ou le bon Belge comme si c’était une prouesse de sortir en scaphandrier ! Comme si c’était une manière de grandir l’islam que de le présenter dans ses atours les plus rétrogrades.

Ces jours, enfin, où je cherche le salut et ne le trouve nulle part, même pas auprès d’une élite intellectuelle arabe qui sévit sur les antennes et ignore le terrain, qui vitupère le jour et finit dans les bars la nuit, qui parle principes et se vend pour une poignée de dollars, qui fait du bruit et qui ne sert à rien !

Voilà, c’était mon quart d’heure de colère contre les miens. Ouf !

Je vous remercie Fawzia de votre courage. Peu sont ceux ou celles qui l’auraient eu.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eli d’Ashdod pour https://eli-d-ashdod.com/

 

Algérie: pays d’apartheid

L’Algérie et la disparition des Juifs.

Le 4 Avril dernier le bulletin du CRIF publiait une contribution de l’historien qui irrita plus d’un.
Le lendemain , je répondais.

Venant à peine d’être averti que ma réponse ne pourrait être publiée dans le même espace, j’ai donné mon accord pour qu’elle circule par d’autres voies.jpl

Réponse de Jean-Pierre Lledo à la Tribune de Benjamin Stora publiée par la newsletter du CRIF le 4 Avril 2014

Impliqué à de multiples titres par l’histoire de la guerre d’Algérie, en tant que citoyen et cinéaste, en tant que Juif et Algérien, puisque je n’ai quitté l’Algérie qu’en 1993, la Tribune du CRIF accordée à B. Stora le 4 Avril, ne peut me laisser indifférent, comme d’ailleurs l’ensemble des propos de cet historien, juif aussi, mais ayant quitté l’Algérie enfant, une année avant l’indépendance.
 
Se donnant, là, pour tache d’expliquer les raisons du départ des 130 000 Juifs d’Algérie, je note avec satisfaction qu’il évoque le ciblage des Juifs  ‘’… Victimes d’attentats individuels ou collectifs, par des bombes dans des lieux publics, et des attaques à l’arme blanche.’’. Et même ‘’la dimension arabo-musulmane de l’identité nationale’’ du nationalisme algérien qui exclut, de fait, tous les non-musulmans du projet de la future Algérie indépendante : le Code de la Nationalité, deuxième loi adoptée en 1963, après la Constitution, stipulera en effet que seuls les musulmans sont automatiquement algériens  (l’historien aurait pu le notifier). 

Juifs d’Alger avant 1962
Tout cela est en effet d’une autre tonalité que les propos tenus par le même historien, dans le Monde diplomatique de Mai 2008. Présenté comme « un des meilleurs historiens de l’Algérie », il affirmait : « Depuis qu’ils sont rentrés (sic ) en France, les rapatriés (resic) ont toujours cherché à faire croire que la seule raison de leur départ était le risque qu’ils couraient pour leur vie et celle de leurs enfants. Et qu’ils avaient tous été obligés de partir….». Le 26 du même mois, à l’Hôtel de Ville de Paris, lors d’une conférence-débat  de l’Association ‘’Coup de soleil’’, à la question : pourquoi vos parents ont-ils quitté l’Algérie ?, il répond agacé : ‘’Mes parents aimaient la France, la France est partie, alors ils ont suivi la France.’’ Il reste que dans cette Tribune du Crif, aussi, l’historien continue de privilégier cette raison. Il commence par elle et lui consacre l’essentiel de son papier. Pour le résumer : Français par Crémieux, les Juifs tenaient à le rester. L’historien pourra toujours se défendre. Il cite effectivement bien d’autres raisons : dhimmitude, nationalisme, islam, agressivité, durant ‘’la guerre d’Algérie’’… Mais – comment dire… ? –  sur un mode mineur d’atténuation, et de façon désincarnée.
 
La dhimmitude islamique : ‘’un mélange de protection et de soumission’’. Ah, seulement ? Et la discrimination, la ségrégation, le racisme, l’apartheid, l’humiliation au quotidien, la rouelle jaune ancêtre de l’étoile des nazis, le coup sur la nuque du représentant de la communauté qui venait apporter l’impôt supplémentaire, la savate qui devait laisser dépasser le talon, les couleurs interdites pour l’habillement, les travaux dégradants, les pogroms à répétition, les conversions obligatoires, etc, etc… ? Après un tel régime, comment les Juifs n’eussent-ils pas sauté au cou des Français ? Paul Fenton et David Litman ont donné 800 pages de preuves (L’Exil au Maghreb, PUF).
 
Le nationalisme : ‘’il insiste sur la dimension arabo-musulmane de l’identité nationale’’. Il ne ferait qu’insister ? Le nationalisme algérien n’aurait-il usé que de rhétorique ? La première victime, et non la seule, des émeutes de Mai 1945, n’est-elle pas une petite juive de 10 ans ? Durant ces émeutes, ne crie-t-on pas dans les rues des villes et des villages ‘’Nkatlou Yahoud ‘’ (Tuons les Juifs) ? 
 
La guerre d’Algérie : ‘’De nombreuses familles juives, ce qui est peu connu, ont été touchées aussi bien comme Juifs que comme Français’’. L’historien spécialiste de l’Algérie devrait savoir que du point de vue des fedayin et des moudjahidine qui tuent au faciès, comme par exemple le 20 Août 1955, encore dans le Constantinois, il n’y a pas de ‘’Français’’, mais uniquement des ‘’Yahoud’’ et des ‘’Nsara’’ (chrétiens). Quand aux Juifs, on les vise bien parce que Juifs. L’historien ne devrait avoir aucun doute là-dessus. N’a-t-il pas écrit lui-même dans ‘’Trois Exils’’ qu’on tuait les Juifs, ‘’de préférence le samedi ‘’ ? Et on les vise, selon différents modes opératoires, en les arrosant d’essence dans la rue (David Chiche, 65 ans, Alger), en les tuant à l’entrée ou à la sortie des synagogues (comme à Constantine, quelques mois avant l’indépendance, Edmond Baruch Sirat, frère du Grand Rabbin de France René Sirat), ou avec des bombes, y compris chez eux (Isaac Aziza, rabbin de Nédroma, tué avec sa famille). Ils sont pourchassés en tout lieu : devant leur magasin comme Emile Atlan (héros de l’Opération Torch, mise au point par des Juifs, qui permit aux Américains de prendre Alger sans combat), à l’intérieur de leur lieu de travail, ou en des lieux de détente (grenades dans les cafés de Constantine) ou de loisir (Casino de la Corniche qui pulvérise notamment l’orchestre de Lucien Séror, dit Lucky Starway)… Les synagogues, elles-mêmes ne sont pas épargnées :  grenades dans les synagogues de villes du Sud, Boghari en Mars 1958 (1 mort), et Bou Saada en 1959 la veille de Kippour (la petite fille du Rabbin tuée). Celle d’Orléansville est incendiée. La grande Synagogue d’Alger,  en Décembre 1960, dévastée aux cris de ‘’Mort aux juifs’’, les Rouleaux de la Tora profanés, des croix gammées dessinées sur les murs, et le drapeau indépendantiste planté.
 
La fin de la guerre d’Algérie. L’historien nous dit certes qu’elle a été ‘’dramatique’’. Pour exemple, il  cite ‘’l’assassinat du célèbre musicien Raymond Leyris en 1961’’. C’est déjà mieux que dans le grand livre récent qu’il a parrainé avec A. Meddeb, sur les relations entre juifs et musulmans dans le monde arabo-musulman, où le musicien n’est évoqué que pour illustrer la symbiose judéo-arabe, sans que l’on sache qu’il a été assassiné ! (Ce livre exclut même même de sa bibliographie, des historiens comme Bat Yé’Or, Weinstock, Fenton, Bensoussan, qui ont été pourtant des pionniers dans l’histoire judéo-musulmane non-idéalisée, sans parler de ‘’La fin du judaïsme en terres d’Islam’’, dirigé par Trigano). Mais l’historien rate une nouvelle occasion de combler un immense trou dans son historiographie de la guerre. En effet, il continue à ignorer ce qu’a été la journée la plus meurtrière de la guerre d’Algérie : 700 morts et disparus à jamais (lire ‘’Silence d’Etat’’ de JJ Jordi). Il s’agit du 5 Juillet 1962 à Oran, premier jour officiel de la célébration de l’indépendance qui venait d’être votée 2 jours plus tôt. Ce jour-là, du matin au soir, on a tué, étripé, démembré, du matin au soir, encore une fois, au faciès. Et naturellement, Oran étant numériquement la  ville la plus juive d’Algérie, nombreuses et nombreux furent les ‘’Yahoud’’ assassinés et, à ce jour, disparus. La Yahoudya Viviane Ezagouri, membre comme moi du Collectif 5 Juillet 1962, se tient à la disposition de l’historien pour lui raconter comment, avec son fiancé, elle échappa miraculeusement au lynchage, chance que n’eut guère son père…
 
Les 130 000 Juifs partis, soit vers la France, soit vers Israël, la nouvelle Algérie ‘’libre’’ va-t-elle les regretter, se les remémorer, les rappeler, leur donner envie de revenir, leur montrer qu’après la guerre et ses horreurs, et la fin du ‘’colonialisme’’ une nouvelle ère de communion pouvait commencer ? Que nous dit l’historien ? ‘’Les pouvoirs successifs ont reconstruit une histoire de l’Algérie en supprimant les traces de toutes les diversités, donc la présence des Juifs dans ce pays’’. C’est le moins que le puisse dire ! C’est très peu, trop peu pour signifier que le départ des Juifs, loin de l’atténuer, n’a fait que décupler la judéophobie, surtout depuis la ‘’libéralisation’’ politique et médiatique… Même le président de la république Bouteflika qui avait invité Enrico Macias doit se rétracter ! Les 150 Tlemcéniens qui en 2005 reviennent dans leur ville, déclenchent surtout dans les journaux arabophones, une des plus grandes hystéries anti-juives (« Le temps de l’enjuivation ! La façon provocante et plus qu’officielle avec laquelle les juifs ont été reçus à Tlemcen indique qu’il existe des musulmans, issus de notre sang, qui sont encore davantage enjuivés que les juifs eux-mêmes. ». Ech-Chourouk El-Youmi).
 
A peu près au même moment, un grand quotidien national francophone (Quotidien d’Oran), donne 2 immenses pages à un avocat (Lezzar) pour ‘’prouver’’ que Raymond Leyris avait été sciemment liquidé par le FLN, en raison de ses accointances avec l’OAS !!! Raymond Leyris et son beau-fils Enrico Macias sont régulièrement salis dans la presse algérienne. Dans mon film ‘’Algérie, histoires à ne pas dire’’ un musicien qui se présente comme un ancien moudjahid, lance, en parlant de l’assassinat de R. Leyris : ‘’Il ne valait même pas la balle qui l’a tué’’, tandis que plus prosaïquement, un patron de hammam de Constantine nous dit que chez eux, Arabes et Juifs ne se lavaient pas aux même heures, à cause de ‘’l’odeur’’ de ces derniers… Enfin B. Stora aurait même pu donner un exemple personnel de la judéophilie ambiante : sa participation à la grande rencontre des Constantinois, à Jérusalem en 2005, déclenche une autre  avalanche de réactions agressives dans la presse algérienne. On lui demande des comptes. Et fait surprenant, il croit nécessaire d’en rendre…
 
Les communistes : ‘’Une petite minorité de Juifs, surtout proche du Parti communiste algérien, restera après 1962… Ceux-là aussi partiront dans les années 1990, au moment de la terrible guerre civile…’’.  Comparée aux 9 millions de musulmans et aux 130 000 Juifs de 1962, on pourrait penser qu’il s’agit là d’un millier de personnes, ou même d’une centaine… Or, la ‘’ petite minorité de Juifs’’,  c’est à peine une dizaine de personnes après  62 ! Le sens de la mesure, ce n’est pas rien en histoire, non ? Quand à ceux qui partirent au début des années 90, il n’y en eut que deux (dont moi). Parce que pour qui voulait voir, les choses étaient visibles dès le début de l’indépendance : en 1963, à Ténès, la Rue Pierre Ghenassia (communiste, infirmier dans les maquis de l’ALN, qui préféra mourir plutôt que fuir – comme le lui proposa son chef, le Cdt Azzedine – et abandonner ses blessés) ne fut-elle pas débaptisée en Rue El Qods ? !!
 
Les choses étaient claires depuis longtemps d’ailleurs. Le communiste juif André Beckouche, constantinois comme B.Stora, se rappelle que dans un de ces débats d’étudiants algériens à Paris, qu’il situe en 1955, Réda Malek, jeune dirigeant nationaliste, avait ainsi conclu : « L’Algérie, n’est pas un manteau d’Arlequin »… 35 ans plus tard, relatant les négociations sur ‘’Les Accords d’Evian’’ dont il avait été partie prenante (Le Seuil, 1990), il persiste et signe : « Heureusement, le caractère sacré arabo-musulman de la nation algérienne était sauvegardé.». Et les lecteurs du CRIF doivent savoir que cet homme n’était pas un fanatique, qu’il se voulait un ‘’moderne’’ et qu’il combattit autant qu’il put les islamistes lorsqu’il fut chef du gouvernement en 1994. Quelques années plus tard, lorsqu’il évoque la signature de ces Accords d’Evian, Ben Khedda, qui fut le Président du GPRA de 1958 à l’indépendance, souvent présenté comme un ‘’démocrate’’ face au ‘’dictateur’’ Boumedienne, est encore plus explicite : « En refusant notamment la nationalité algérienne automatique pour un million d’Européens, nous avions prévenu le danger d’une Algérie bicéphale » (La fin de la guerre d’Algérie, 1998 – Casbah Ed).
 
Les Juifs sont certainement le peuple qui a donné, et continue de donner, à toutes les ‘’révolutions’’ le plus fort contingent d’idiots utiles. C’est un constat. Que je fais en connaissance de cause puisque j’avoue sans fierté en avoir été. Mais quand ils sont censés écrire l’histoire, cette mission ne devrait-elle pas les encourager à distinguer, au moins, entre leur rêve de fraternité et l’histoire réelle, et au plus à se remettre en question ?  Auteur en 1969, de ‘’Le sionisme contre Israël’’, considéré par l’extrême gauche comme la Bible de l’antisionisme, l’historien Nathan Weinstock  a montré qu’il ne fallait pas désespérer, puisqu’il nous a offert ces dernières années un des meilleurs livres d’histoire qui se soit écrit sur le conflit israélo-palestinien : ‘’Terre promise, trop promise’’.  
 
Enfin, la seule atténuation légitime, mais dont l’historien ne dit mot, est qu’il faut se garder d’identifier le comportement des chefs à celui de tous les individus, parmi lesquels, il y eut comme partout des Justes. Ils furent comme partout très minoritaires. Et parmi eux ne brillèrent que très peu d’intellectuels, lesquels dans leur grande majorité ont préféré jusqu’ici emboucher les trompettes de la vindicte et de l’excommunication. Dans le monde arabo-musulman, rapport aux Juifs, l’Algérie n’est certes pas une exception. Déplorant que depuis le jour de son enterrement, plus personne n’ait pu réciter de Kaddish sur la tombe de son frère assassiné, René Sirat le Grand Rabbin de France constatait il y a quelques années : ‘’Aujourd’hui, l’Algérie est l’un des rares pays au monde Judenrein”.
 
par Jean-Pierre Lledo, cinéaste et écrivain
à Tel Aviv, le 6 avril 2014
Cet article a naturellement trouvé sa place dans ces colonnes en raison de la censure intolérable de la NewsLetter du CRIF (cet organisme censé défendre les valeurs du judaïsme mais en réalité totalement orienté dhimmitude comme tous les Juifs de cour qui le dirigent.)

Si cet article vous a plu, vous pouvez vous inscrire à notre NewsLetter en cliquant ici

Pays revendiquant l'Apartheid en vert: Norvège, Tunisie, Egypte, Liban, Arabie Saoudite, Algérie. Pays victime en bleu: Israël
Pays revendiquant l’Apartheid en vert:
Norvège, Tunisie, Egypte, Liban, Arabie Saoudite, Algérie.
Pays victime en bleu: Israël

L’Algérie est donc un pays d’apartheid, elle rejoint dans la série d’articles de ces colonnes la Norvège, la Tunisie, et l’Egypte, le Liban, l’Arabie Saoudite.

Malheureusement, la liste n’est pas close, elle s’allongera au grès des articles.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eli d’Ashdod pour https://eli-d-ashdod.com/

Tunisie: Pays d’apartheid.

eli-d-ashdod.com : Inauguration d’une nouvelle catégorie d’articles: Les pays pratiquant l’apartheid.

Ce premier article d’une liste qui s’annonce longue récapitulera systématiquement les actes d’apartheid dont sont responsables certains pays.

Que ces actes soient le fait de pays, ou de personnes partout dans le monde.

Je vous invite à dénoncer ici dans ces colonnes tous actes ou paroles de cette dérive nauséabonde constatée depuis quelque temps.

Le premier article de cette série s’intéresse à l’affaire de la Croisière Norvégienne empêchée  de débarquer ses passagers israéliens à la Goulette.

Norvegian Cruise LineLe masque est tombé, ceux qui se réjouissaient du printemps arabe, doivent se rendre à l’évidence, il s’agit d’un acte de racisme identique à celui reproché naguère à l’Afrique du Sud, on le voit nous annoncions l’hiver islamiste, et même si les femmes tunisiennes ont réussi à s’opposer au port du voile, la bête immonde est toujours là.

Il faut punir là où ça fait mal, la Tunisie qui ne vit que du tourisme, doit être mise au ban de l’humanité, les Juifs qui ne cessent de se rendre dans ce pays de leurs racines doivent apprendre à tourner la page, et oublier les prix attractifs, l’accueil n’est plus le même aujourd’hui.

Il convient de féliciter le courage de Kevin Sheehan le PDG de Norvegian Cruise Line pour la rapidité de sa réaction.

“Nous voulons envoyer un message fort à la Tunisie et à tous les ports à travers le monde, que nous ne tolérerons pas de tels actes de discrimination contre nos clients », a déclaré Kevin Sheehan, le PDG de Norvegian Cruise Line, dans une déclaration aux mots bien pesés. » « Nous sommes scandalisés par ce geste et le fait que nous n’ayons pas été prévenus par avance que nous nous exposions à de telles pratiques d’un autre âge. Nous présentons nos plus sincères excuses à nos clients qui ont été affectés et voulons qu’ils sachent que nous avons pris les mesures appropriées pour y répondre ».

Il n’y avait que deux autres trajets de navigation prévus pour faire escale au Port de la Goulette, à Tunis, cette saison. L’itinéraire comprendra, dorénavant, à la place, Palma de Majorque, en Espagne. Pour les croisières déjà prévues cet hiver, le détour par la Tunisie sera remplacé par une journée en mer.

Le Norvégien a déclaré dans son communiqué que la Compagnie emploie des travailleurs de plus de 90 nationalités différentes, et qu’elle accueille tout le monde sur ses navires.

“Notre compagnie ne ferme pas les yeux sur la discrimination ni ne la tolère, sous aucune forme et, par ces annulations, nous espérons envoyer un message à ceux qui pratiquent de telles exactions, en leur disant qu’elles sont totalement inacceptables », précise le communiqué.

Si cet article vous a plu, vous pouvez vous inscrire à notre NewsLetter en cliquant ici

la Ligue contre la Diffamation ainsi que le B’nai Brith Canada, chacun ayant , initialement, exprimé son sentiment de scandale et exhorté la société norvégienne à annuler ses escales dans ce pays, ont rédigé des communiqués pour saluer cette action.

“Nous applaudissons la décision courageuse et responsable de Norvegian Cruise Line de s’être levée contre la politique discriminatoire du gouvernement tunisien », dit Abraham H. Foxman, le directeur national d’ADL, dans une déclaration.

Par HANNAH SAMPSON [email protected]

Source : miamiherald.com

Gageons que d’autres suivrons la voie de l’honneur qu’il a tracée. Il convient de signaler à la Norvegian Cruise Line qu’un pays accueillant composé de plus de 120 ethnies est prêt à accueillir ses escales ses clients pourront alors découvrir la seule démocratie existant au Moyen-Orient dont l’unique souci est de vous apporter le meilleur accueil, il s’agit d’Israël.

Librement adapté par © Eli d’Ashdod pour https://eli-d-ashdod.com/