La démocratie nouvelle est arrivée.

La démocratie nouvelle est arrivée.

21 février 2023 3 Par Eli

Dans le monde entier la mode est au changement par le bas, la démocratie n’y coupe pas.

La mode vestimentaire.

  • Essayez d’acheter un blue-jean, il sera plus ou moins troué, et le prix sera d’autant plus élevé que les trous seront nombreux et grands. Le summum sera obtenu par ceux ou celles dévoilant de larges pans de cuisse. Il n’est pas rare de voir des sexagénaires sacrifier à cette « mode ».
  • Les chaussures seront obligatoirement pointues ne laissant que peu de place aux pieds normalement constitués.
  • Les pantalons seront ajustés comme des leggins, le contraste avec les chaussures évoquées ci-dessus est grotesque.

La mode démocratique.

  • Là également la mode est au renouveau.
  • Lors d’une élection, si elle est gagnée par la gauche, le pays aura droit à des fêtes somptueuses, où le public sera invité à danser, le message étant relayé par tous les Médias (de gauche), c’est un pléonasme.
  • Si le suffrage s’incline vers la droite, il est immédiatement contesté, le tam-tam assourdissant empêchant toute réflexion sereine.
  • Aussitôt des manifestations nombreuses font la une des Médias, et le pays est menacé  de paralysie. Les cris de « la démocratie est en danger » laisserait croire que seul un pays dirigé par la gauche est démocrate.

La France et son projet de réforme de la retraite.

  • Depuis des décades, les nombreux régimes de retraite accusent un déficit.
  • La cause en est la dénatalité, l’allongement de la vie, et la destruction des postes de travail.
  • Lors de la mise en place des régimes, la retraite d’une personne était financée par 4 travailleurs, aujourd’hui le rapport s’est dégradé.
  • La règle pour un départ à la retraite en 2022 est 62 ans et 168 trimestres de cotisation soit 42 ans. Pour obtenir le taux plein de 50% il faut avoir commencé à travailler à 20 ans.
  • Ceux ayant démarré plus tard en raison des études pourront obtenir le taux plein à 67 ans.

La piste de l’allongement de la durée du travail.

  • Depuis des années, l’allongement de la durée du travail et l’augmentation de l’âge de départ sont l’objet des différentes réformes.
  • En allongeant la durée du travail il y a plus de cotisants et moins de retraités.

Le projet de réforme contesté.

  • Le projet de réforme prévoit d’augmenter progressivement d’un trimestre par an l’âge de départ à la retraite pour arriver à 64 ans en 2030.
  • Et d’augmenter le nombre de trimestres de cotisation à 172 soit 43 ans. Ceux n’ayant pas leurs trimestres pourront obtenir le taux plein à 67 ans.
  • Les économies générées permettront la revalorisation des pensions.
  • Les projets de réformes successifs ne sont pas politiques, ils sont exclusivement mathématiques, le rapport analysé est entre cotisants et retraités.

Les opposants à la réforme.

  • A l’initiative du boute-feu non élu Jean-Luc Mélenchon qui soulève la Nupes, ils s’opposent en manifestant, en déclenchant des grèves à répétition en vue de bloquer le pays.
  • Ce qui est peu démocratique, même la CGT s’est désolidarisée.
  • Les opposants veulent donc réduire la retraite versée à leurs parents.

Nos nombreux abonnés à la Newsletter ont disparu des listes lors du transfert du site après reconstruction, nous les engageons à se réinscrire afin de continuer à recevoir nos articles dès parution.

Israël et sa réforme  judiciaire.

  • Dans toutes les démocraties est inscrit dans la Constitution la séparation des trois pouvoirs Législatif, exécutif, et judiciaire.
  • La nomination des Juges à la Cour suprême est précisée par la Constitution.

États-Unis.

Les Juges à la Cour suprême sont nommés par le Président et validés par le Sénat.

France

  • Tous les trois ans Le Président de la République, le Président de l’Assemblée nationale, le Président du Sénat, nomment un juge au Conseil constitutionnel.
  • Les juges sont élus pour 9 ans et renouvelés par tiers tous les trois ans.

Israël

  • Les Juges sont cooptés par un panel de juristes.
  • C’est la loi du copinage.
  • Le Président est celui qui est le plus ancien, il est en poste jusqu’à sa retraite à 65 ans.
  • Il détient des pouvoirs étendus, il a le pouvoir de choisir la taille et la composition du panel pour une affaire donnée, et le pouvoir d’empêcher un juge de faire partie d’un panel pour une affaire spécifique si le président estime que ce juge a un conflit d’intérêts.
  • Le Président décide quel juge siègera ou ne siègera pas pour telle affaire.
  • En clair il impose sa décision à la Cour, puisque les Juges qu’il choisit sont tous de son courant de pensée.
  • Cette façon d’agir date de 1995 où le Juge Barak a modifié le fonctionnement de la Haute cour, en démolissant le travail de la Knesset.

Le projet de réforme contesté.

  • La réforme prévoit que le Président sera nommé par une commission du Gouvernement, composée de Députés de la majorité et d’un Député de l’opposition.
  • En clair, en Israël ce sera comme aux États-Unis ou en France et en Allemagne, c’est le peuple qui élit les Députés, et en fonction de la couleur de la Knesset, le Président nommé sera de la couleur de la Knesset, donc selon le choix du peuple.
  • Il n’aura pas comme fonction principale de bloquer toutes les lois qui n’auraient pas l’heur de lui plaire.

Les opposants à la réforme.

  • A l’initiative du boute-feu, l’ancien Premier Ministre intérimaire Yaïr Lapid qui soulève l’opposition.
  • Ils s’opposent en manifestant, bloquant totalement Tel-Aviv, ou tout accès à Jérusalem, et en faisant appel à l’étranger en vue de bloquer cette réforme.
  • Ce qui est peu démocratique.
  • N’oublions pas il y a 1.900 ans l’appel à Rome qui s’est terminé par un bain de sang, avec 1 million de morts, l’incendie du second Temple, l’interdiction pour les Juifs de vivre à Jérusalem, leur vente comme esclaves, et leur déportation.

Conclusion.

Que ce soit Mélenchon ou Lapid, la démocratie nouvelle c’est la chienlit.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eli d’Ashdod pour http://eli-d-ashdod.com/